La Nouvelle Hypnose : le livre ! (Episode 5/5)

Les deux dernières parties du livre, III et IV, ne sont faites que de discussions et d’exemples de séances sur les applications en thérapie familiale et en sexothérapie, les deux domaines d’Araoz. Je vais vous les résumer dans ce dernier article, qui fera aussi le lien avec la Nouvelle Hypnose francophone, telle qu’on la pratique actuellement.

L’HYPNOSE EN THÉRAPIE FAMILIALE

La « Partie III » commence par un long chapitre sur « l’Hypnothérapie familiale », Araoz étant thérapeute familial de formation.
Apparemment, Araoz se laisse emporter par sa passion dans ce domaine et abandonne le sujet principal de son livre : la Nouvelle Hypnose ! Pendant quelques lignes, il commence à parler du « modèle d’Erickson » en thérapie familiale, présenté (dixit Araoz) dans « Un thérapeute hors du commun » (Haley, 1973), le livre qui a fait connaître Erickson (mais qui parle en réalité de toutes sortes de cas d’Erickson, pas seulement de thérapie familiale, loin de là)… Et juste après, Araoz avoue qu’Erickson « ne travaillait qu’avec un membre de la famille d’origine » – donc, pas du tout comme on le fait en thérapie familiale, où l’on reçoit toute la famille, pour observer les interactions entre individus.
Bref, Araoz passe assez rapidement à d’autres sources, hypnotiques ou non, souvent très récentes – à l’époque de l’écriture du livre (Morrison, 1981, Lovern & Zohn, 1982, Ritterman, 1983, Calof, 1985)…En une page et demi, on est déjà bien loin de la Nouvelle Hypnose… et le sous-chapitre suivante s’intitule d’ailleurs : « Applications traditionnelles de l’Hypnose avec les familles« , donc de l’Hypnose Classique. Araoz semble avoir été marqué par les travaux récents d’un certain Braun (1984), qu’il résume pour écrire son chapitre…

Il donne un exemple d’induction hypnotique :
« Je demande à la famille de commencer avec les yeux fermés et de les ouvrir et fermer rapidement à chaque fois que je compterai un chiffre. Entre chaque compte pour une plus profonde relaxation, des suggestions sont faites pour qu’au final les yeux restent fermés, alors qu’une plus profonde relaxation est atteinte avec chaque compte. Différents membres de la famille vont arrêter d’ouvrir leurs yeux, à différents moments, mais finalement tous seront relaxés avec les yeux fermés. A ce point, un autre travail peut être accompli, selon votre fantaisie. »

Voilà, donc du « très classique », un brin simpliste même ! Rien à voir avec notre Nouvelle Hypnose… Une autre page est encore consacrée à cette manière très directe de procéder.

Ensuite, Araoz se lance dans des explications sur les méthodes paradoxales de suggestion, comme on en pratique en Hypnose Ericksonienne ou en thérapie stratégique. A nouveau, les références sont plutôt récentes (principalement Weeks & L’Abate, 1982) mais restent bien loin de la Nouvelle Hypnose proprement dite, puisque les explications données proviennent de la Psychothérapie Paradoxale (cf. lien ci-dessus). A nouveau, Araoz cite rapidement le livre d’Haley sur Erickson, pour dire qu’il contient beaucoup d’exemples de suggestions paradoxales (ce qui est vrai)…

Après cela, Araoz se lance dans un long sous-chapitre (9 pages !) sur le fait que les familles utilisent sans le savoir l’hypnose et donc que les techniques hypnotiques pourraient agir sur ces leviers naturels pour aider les familles. Cela reste à nouveau très théorique, avec beaucoup de publications citées, et de noms, comme si Araoz voulait se justifier. C’est une démarche très universitaire, compréhensible quand on cherche à paraître sérieux, mais de peu d’aide lorsqu’on cherche plutôt des techniques : comment faire ? Aucune rien n’est présenté concrètement.
Enfin, Araoz conclut ce chapitre « familial » sur sa pratique, en relatant pendant 8 autres pages quelques exemples parmi les cas qu’il a accompagné. A nouveau, pas de techniques, outre l’application de ce qu’il a déjà expliqué dans le livre. Cela tourne beaucoup autour de son OLDC (Observe, Lead, Discuss, Check)… On comprend que l’hypnose pourrait être bénéfique aux familles, que l’on doit pouvoir faire beaucoup pour elles, en hypnose, mais Araoz reste évasif quant à sa pratique : il dit ce qu’il a fait, mais pas comment il l’a fait. Donc, on n’apprend rien de spécial sur la Nouvelle Hypnose telle qu’il l’a décrite en technique (cf. article précédent).

NOTRE GUÉRISSEUR INTÉRIEUR

Ce très long chapitre 7 est consacré à notre « Docteur intérieur » (« The Doctor Within », Bennett, 1981). A nouveau pas vraiment de rapport avec la Nouvelle Hypnose : Araoz va passer 20 pages à nous expliquer que nous avons un pouvoir de guérison intérieur. C’est intéressant, même si on s’en doutait un peu, et on se trouve à nouveau à côté du sujet principal du livre.

Après 3 pages d’histoire et de théorie, Araoz donne quand même un exemple d’activation de notre « guérisseur intérieur » (« inner healer ») :
« Sans forcer votre respiration, imaginez simplement ces vagues de santé dans votre corps, qui suivent le rythme de votre respiration. Vérifiez si vous notez quelque chose d’autre dans ces vagues de santé, actives dans votre corps. Y a-t-il un changement dans leur couleur ? Un son ou une musique ? Combien loin peuvent-elles aller à l’intérieur de votre corps ? Doucement, mais très efficacement, vont-elles atteindre la zone de votre corps qui à le plus besoin d’elles ?
Continuez de penser à cette merveilleuse réalité à l’intérieur de votre corps, alors que vous respirez et que vous dites à vous-même : Les forces de santé en moi peuvent devenir de plus en plus fortes (« stronger and stronger »). Je veux avoir plaisir à cette pensée et y revenir de nombreuses fois après l’hypnose. Je veux penser de plus en plus aux vagues de santé en moi, plusieurs fois par jour…Les forces de santé deviennent plus fortes… Les forces de santé… grandissantes, plus fortes avec chaque respiration que je prends. »

Cela ressemble beaucoup à la méthode Coué (dont Araoz parlait en début de livre) ! Le but d’Araoz est de remplacer les auto-suggestions négatives de la personne par ses suggestions hypnotiques positives. L’ensemble est très proche de ce que l’on pourrait s’imaginer de l’Hypnose Classique.

Bref, Araoz nous sort une autre ration de références (plus d’une page !) pour prouver que les gens sont souvent en train de se parler, mentalement, et que sa méthode est donc logique pour les aider à aller mieux. Puis, il conclut par une citation avant-gardiste de Bowers (1977), célèbre hypnothérapeute classique, qui dit : « Plutôt que de penser que l’esprit affecte le corps (deux entités de différentes natures interagissant), nous pourrions penser en termes de processus d’information«  ! Ce qui rappelle ce que l’on explique aussi en Hypnose Humaniste.
Le rapport avec le sujet du chapitre n’est pas évident, mais la citation est sympa 🙂 Araoz en donne d’ailleurs une autre à la suite, de Bowers et Kelly cette fois (1979) : « Si nous supposons que le corps et l’esprit sont liés par des processus informationnels, à la place d’être séparés par un abysse philosophique, la guérison hypnotique pourrait davantage être vue comme une voie d’accéder à ces processus, plutôt qu’à un affrontement ancestral entre deux réalités séparées. »
Superbe hypothèse de ces ténors de l’Hypnose Classique, à qui il ne manquait plus qu’une pratique non-dissociante pour accéder concrètement à ces fameux « processus informationnels », comme on apprend à le faire en Hypnose Humaniste !

Mais ce n’est pas le sujet d’Araoz, qui comprend les deux citations de manière superficielle (bien que juste, malgré tout) : « La conséquence de ceci (ci-dessus) est importante. A commencer par le fait que les affirmations d’un médecin, ou les mots utilisés pour décrire un cancer (ou toute autre maladie, d’ailleurs) et son traitement médical, peuvent agir comme de puissantes suggestions hypnotiques qui pourraient affecter le cours de la maladie : des « entrées » verbales (« input », selon le jargon informatique) décodées en « sorties » (« output ») somatiques. »
En fait, cela va même bien plus loin qu’Araoz ne l’imagine… mais, à nouveau, ce n’est pas le sujet de son livre, et l’époque de ces applications plus poussées n’était pas encore venue.

Cela permet tout de même à Araoz de revenir sur l’importance des mots, et donc de reparler de Bernheim et son Ecole de Nancy, dont il cite les hypothèses (Bernheim, 1888) :

  1. La nature du corps humain est d’être en bonne santé et fonctionnel.
  2. Le corps humain a de puissantes ressources pour maintenir sa santé,combattre les pathogènes et se soigner lui-même.
  3. Le corps humain pourra mieux gérer sa guérison si la nutrition et les exercices sont surveillés et améliorés.
  4. Se sentir bien et positif à propos de soi-même est bénéfique au corps humain ; le concept démodé de bonheur facilite la guérison, alors que les émotions négatives sont des obstacles aux forces intérieures de santé.
  5. L’auto-hypnose est un outil mental efficace pour générer des émotions positives à propos de soi.

On comprend là qu’Araoz a quelque peu « modernisé » les propos de Bernheim, ne serait-ce que parce que l’auto-hypnose n’existait pas encore en 1888 sous sa forme actuelle (elle a été formalisée par Oskar Vogt, vers 1900, pendant ses recherches sur le sommeil et l’hypnose, qui furent aussi à l’origine du Training Autogène de son élève, Schultz).
On retrouve aussi dans l’énoncé de Bernheim des principes dictés par Claude Bernard (1850) dans les travaux qui mèneront plus tard au concept d’homéostasie.

Tout ceci amène Araoz à un sous-chapitre sur l’auto-hypnose négative dans lequel il nous parle, entre autres choses, du stress, un notion assez récente à l’époque (Selye, 1976)… Il explique que : « La Nouvelle Hypnose est aidante pour faire glisser notre attention de la maladie vers la santé » (il parle de l’effet des suggestions hypnotiques censées remplacer les auto-suggestions négatives de la personne) mais précise que : « L’auto-hypnose positive ne sera pas efficace dans l’auto-guérison si la personne ne corrige pas les abus qui pourraient influer sur le cours naturel du processus de guérison. Les abus communs tournent autour de la diète, de piètres habitudes de travail et d’un manque d’exercices adéquats. Il est très important d’insister auprès de nos clients sur le besoin de contrôler le tabagisme excessif ou l’alcoolisme, aussi bien que la conscience d’un régime général nécessaire à leur bon équilibre. »

Même si ces conseils semblent logiques, il parait curieux qu’un hypnothérapeute demande à ses patients de veiller à leur alimentation (même si, bien sûr, c’est important, cela n’a rien à voir avec la psychothérapie) ou de tenter de contrôler consciemment des « mauvaises habitudes », addictions ou compulsions… Mais, sans doute, à l’époque, les hypnothérapeutes n’avaient pas encore de bons protocoles pour les aider en hypnose, sur ces points ?
Toujours est-il qu’Araoz insiste sur l’importance des pensées positives en disant : « La triste vérité est que ce négativisme outrepasse les pensées négatives. » Et Araoz dit que « cette vérité était aussi connue des anciens » et cite ensuite différents livres, tels que le Livre des Morts tibétains, la sagesse Zen, qu’il oppose au « dictat cartésien« … Bref, on sent que les années hippies et le New-Age ne sont pas loin 😉

Araoz commence alors un sous-chapitre sur « Une attitude de santé » en parlant de la vision de l’Inconscient d’Erickson : « La vision bienveillante de notre esprit inconscient est une caractéristique de la vision non-psychanalytique prônée par les successeurs d’Erickson. (Pour eux) Si l’hypnose est une activité de notre esprit, naturelle et bonne pour la santé, alors la partie de notre système nerveux responsable de l’expérience d’hypnose est considérée comme positive. »
J’étais en train de songer que cette description était un peu simpliste, lorsqu’Araoz recadre à la suite ces propos : il explique que cette vision éricksonienne peut certes sembler « naïve » (c’est son qualificatif), mais il reprend ce qui a déjà été dit sur la capacité naturelle d’auto-guérison de notre corps et la met en parallèle… pour arriver à la conclusion intelligente que : « L’appel à un Inconscient bienveillant est une tentative de restaurer son influence bénéfique et positive, plutôt que d’assumer qu’il est intact. Ce que la plupart des thérapies tentent de faire est de purifier l’Inconscient de manière à ce que la personne puisse bénéficier de ces fonctions bienveillantes originelles. »
C’est ce que j’écrivais aussi dans l’introduction de mon livre « Hypnose » (2001), à propos de la nouvelle hypnothérapie : « Il s’agit simplement de la remise en route ou la stimulation de processus naturels d’évolution, provisoirement stoppés ou freinés. »

La Nouvelle Hypnose ne voit pas l’Inconscient comme « tout noir » (Freud) ou « tout blanc » (Erickson), mais avec lucidité, comme un grand « nous-même intérieur », à l’origine naturellement bienveillant, mais qui peut devenir nocif ou négatif à cause des blessures de la vie… En soignant notre Inconscient, en lui permettant de retrouver l’espace de son auto-guérison, aussi, il reprend le cours naturel de ses activités protectrices, et tout va alors mieux dans notre vie !
« Ma méthode de Nouvelle Hypnose assume la nature bienveillante de l’Inconscient et tente de restaurer ses fonctions originelles » écrit Araoz.

Il donne ensuite deux exemples de phrasé qui s’appuient sur cette idée :

(Après l’induction hypnotique) « Maintenant que vous êtes relaxé, notez la douceur de votre respiration. Votre corps a trouvé son propre rythme confortable de respiration. Il est possible que vous en profitiez encore plus. Chaque respiration peut être agréable. Pensez à votre respiration comme connectée à votre énergie de santé. Imaginez vos énergies de santé devenir plus fortes, plus actives à chaque respiration. Vous pouvez devenir curieux à propos de cette énergie de santé. Comment apparaît-elle dans votre esprit ? (Laissez la personne répondre) Quelle sorte de force est-ce, qui s’écoule à travers votre corps ? Maintenant au travail dans chaque partie de vous. » (Etc.)

Ou avec la métaphore du « docteur intérieur » :
« Connectez-vous à votre docteur intérieur. Ok ? D’abord, relaxez-vous, juste comme ça… vos yeux fermés et laissez chaque respiration vous amener plus près de votre docteur intérieur à vous. Laissez-le venir à votre aide. Êtes-vous en contact avec lui ? (La personne hoche la tête) Focalisez-vous maintenant sur votre douleur. Laissez le docteur intérieur donner à votre douleur une personnalité, une vie propre. Vous êtes encore avec moi ? (Le patient hoche la tête une fois de plus) Maintenant, vous pouvez parler directement à votre douleur. Ok ? Demandez-lui ce qu’elle fait ici. Sa présence est-elle un message ? Prenez votre temps. Ecoutez votre voix intérieure. Votre docteur intérieur est au travail en ce moment même. Posez-lui la même question encore. Comment puis-je sortir de cette douleur maintenant ? Comment puis-je faire ? Que dois-je faire pour stopper cette douleur ? »

Dans le premier exemple, on voit que la syntaxe est toujours très « classique », avec des phrases affirmatives (« votre corps a trouvé son propre rythme ») voire impératives (« Notez » ceci, « Pensez » à cela, « Imaginez »…). De nos jours, en Nouvelle Hypnose, on serait plus doux et aussi beaucoup plus technique dans le langage – ce qu’Araoz prônait mais n’appliquait pas, d’après ce que l’on peut lire des différents exemples de son livre (cf. aussi les articles précédents).

Et dans le deuxième exemple, Araoz personnalise la douleur, un peu comme on le fait aussi en Hypnose Humaniste. Mais on voit qu’il a des problèmes à faire parler la personne, à ce qu’elle prenne conscience ou juste qu’elle réussisse à garder conscience (« Vous êtes encore avec moi ? ») et donc que la personne peine à obtenir sa réponse (« Posez-lui la même question encore« )…
C’est formidable qu’Araoz ait eu cette idée de personnaliser la douleur, mais tenter cela avec une induction hypnotique dissociante (qui « endort » la personne, par séparation du conscient et de l’inconscient) et ensuite lui demander de prendre conscience d’un mécanisme inconscient (sic !)… c’est se mettre soi-même dans les ennuis – même si, bien sûr, on comprend qu’il ne pouvait pas faire autrement, à l’époque, puisque les inductions associantes n’existaient pas encore…

En Nouvelle Hypnose, tout comme en Hypnose Classique ou Ericksonienne, on ne demande pas à la personne d’agir sur elle-même (sinon, à quoi sert de faire de l’Hypnose ?), on active son Inconscient afin qu’il fasse le travail grâce à des capacités et ressources inaccessibles à la personne : essayez de stopper volontairement une douleur ou de faire partir un eczéma par la force de votre volonté !… Pourtant ce sont des choses faisables en hypnose, en laissant agir l’Inconscient.

Et voilà qui termine ces deux chapitres et la « Partie III ».
La « Partie IV », composée de deux longs chapitres de 25 pages, est faite du récit de deux cas traités par Araoz en Nouvelle Hypnose : « Une famille modèle » (chapitre 8) et « Un papa comme aucun autre » (chapitre 9). On n’y apprend rien de nouveau, si ce n’est lire Araoz à l’oeuvre. Je vous ferai donc grâce du détail de ces longues pages de transcriptions de séances, surtout utiles lorsqu’on apprend à pratiquer.

Enfin, l’Épilogue permet à Araoz de remercier encore ceux qui l’ont aidé dans la réalisation de sa Nouvelle Hypnose et d’écrire : « La Nouvelle Hypnose est un toast personnel aux rêves brisés et aux nouveaux arcs-en-ciel. C’est la révélation de mon travail et mon héritage professionnel. Bien qu’il n’y ait « rien de nouveau sous le soleil », une nouvelle construction sur une ancienne a le pouvoir de l’enrichir. La Nouvelle Hypnose essaie de montrer cette possibilité d’enrichissement à ceux qui ont pour tâche d’aider les autres à aller au travers du processus de metanoia. »

FIN

🙂

 

UNE BELLE IDÉE SANS SUITE ?

Qu’est devenue la Nouvelle Hypnose d’Araoz ? L’avenir nous montre qu’il n’a pas su développer, ni propager, ses bonnes idées d’Hypnose collaborative, sophistiquée au niveau du langage, moderne et prenant en compte les émotions de la personne, son développement personnel et son autonomie (à travers l’auto-hypnose, etc.)…

Vous avez pu lire dans cette série d’articles combien Araoz a établi les concepts, les théories, mais trop peu d’applications pratiques au final. Il nous propose 12 techniques, certaines simplistes, d’autres peu utilisables aujourd’hui, et d’autres encore très bonnes mais qu’il ne semble pas maîtriser du tout (les métaphores, par exemple)… Pourtant, l’idée d’une Nouvelle Hypnose est bien là !

Daniel Araoz en 2008

Suite à l’écriture du livre « The New Hypnosis« , sujet de cet article, la pratique d’Araoz ne « décollera » donc pas, peut-être à cause de son âge (55 ans au moment de l’écriture du livre). D’un côté, il n’a pas su en faire la promotion, et de l’autre, la figure emblématique d’Erickson est devenue au même moment « légendaire », de là à masquer les autres formes de travail thérapeutique en Hypnose.
André Weitzenhoffer, célèbre hypnothérapeute, chercheur en hypnose, collègue et ami d’Erickson écrivait cela : « Au fil des années, depuis sa mort, Erickson est de plus en plus devenu une légende vivante, et comme cela se produit avec les légendes, une quantité croissante de faits plus ou moins fictifs a commencé à s’accumuler à son sujet. »

Toujours cantonnée aux USA, s’en suit pour la Nouvelle Hypnose d’Araoz une longue période d’absence jusqu’en 1998 (Araoz a alors 68 ans) où le terme « New Hypnosis » est cité dans un congrès éricksonien comme un équivalent de l’Hypnose Ericksonienne : !?? Ce qui est contraire aux idées d’Araoz (cf. l’épisode 2 de cet article)…
Araoz a dû finir par se faire engloutir par la masse grandissante des « éricksoniens » à la mode à l’époque – lesquels avaient peut-être déjà aussi commencé à reprendre à leur compte les principes d’Araoz, pour une pratique plus douce et actualisée de l’Hypnose (ce qui a participé au succès de la soi-disant « hypnose éricksonienne »).
Pourtant, cette même année, était publié aux USA le livre d’Araoz « The New Hypnosis in Sex Therapy« , avec des exemples de séances dont le protocole sous-jacent, reconnaissable mais pas identifié par Araoz, ressemble beaucoup (en plus simple et plus flou) à la THI utilisée aujourd’hui en Nouvelle Hypnose francophone (inspirée de la TCC)…

Puis le terme « New Hypnosis » disparut à nouveau, dans son sens originel (décrit dans le livre et dans cet article), cette fois-ci complètement.

~oOo~

Aujourd’hui, le terme « New Hypnosis » a disparu aux USA. On ne trouve en recherchant sur Google qu’un institut de « new hypnosis » à San Rafael, en Californie, qui présente un mélange d’hypnose new-age, de PNL, de chamanisme et de travail sur les chakras, sans jamais citer Araoz (et pour cause, leur pratique n’a aucun rapport avec lui ! 😉 )…
Et Amazon n’affiche aucun livre de « new hypnosis« , autre que quelques vieux livres d’Araoz, d’occasion.

A la fin des années 1990, Daniel Araoz, ne voyant pas « décoller » sa pratique, et la vieillesse venant (puisqu’il est né en 1930), avait fini par céder aux sirènes de la mode éricksonienne et par abandonner ses idées sur Bernheim, le langage, une hypnose modernisée et le fait que « la Nouvelle Hypnose doive beaucoup à Erickson, bien sûr. Mais elle est beaucoup plus que « Ericksonienne ». » On le voit invité dans quelques congrès éricksoniens, ce qui achève de dissoudre dans l’esprit des gens la différence qu’il souhaitait établir pour sa Nouvelle Hypnose.
Les tenants de l’Hypnose Classique et surtout les praticiens de plus en plus nombreux à l’époque de l’approche d’Erickson, avaient absorbé et fait disparaître les idées novatrices du bon Araoz, malgré ce qu’en disait Ernest Rossi lui-même en 1985 : « Mes 12 ans d’études avec Milton H. Erickson (ont été) comme une route personnelle vers la Nouvelle Hypnose » (cf. article 1)…

Heureusement pour la Nouvelle Hypnose, depuis le début des années 1990, ayant acheté le livre d’Araoz, ma pratique de jeune hypnothérapeute s’était naturellement appuyée sur ses belles idées… Faute de techniques précises décrites dans le livre, j’avais développé pour mon usage en thérapie un langage hypnotique efficace, doux et plus conforme aux attentes de mes patients.
C’est le langage en apparence simple et pourtant techniquement assez sophistiqué que l’on connait aujourd’hui en Hypnose, qui s’est diffusé naturellement lorsque j’ai commencé à donner des formations, en 1995, d’abord à quelques collègues proches, puis de villes en villes, jusqu’à toucher de plus en plus de monde !

Ce nouveau langage hypnotique, présenté dans mon livre « Hypnose » (écrit en 1999-2000 et publié en 2001), est un mélange des anciennes suggestions chères à Bernheim, modernisées, et des astuces et exceptions de langage repérées chez Erickson par la PNL (Milton-modèle), remises en forme et surtout adaptées par mes soins à la pratique de la Nouvelle Hypnose en français.
Ajoutez ensuite quelques techniques personnelles de communication hypnotiques (métaphores sur 7 niveaux, saupoudrage complexe, etc.), enveloppées d’un esprit humaniste provenant de ma pratique de l’Hypnose (antérieure à ma découverte d’Araoz et d’Erickson) et vous voilà avec la recette de la Nouvelle Hypnose à ma façon.

Cette « Nouvelle Hypnose francophone » en devenir se construisait tranquillement, au gré de mes consultations, suivant les réactions de mes patients (à l’époque, beaucoup de personnes handicapées : moteurs, mentaux, non-voyants, accidentées, etc.).
Les techniques d’induction hypnotique devaient également être remises au goût du jour, sur la base, bien sûr, de l’Hypnose Classique. Il n’existait pas d’autres inductions, puisqu’Erickson utilisait soit des inductions classiques, soit il improvisait ; de plus, il ne souhaitait pas établir de protocoles ou de techniques fixes (aspec « utilisationnel »).
Là aussi, ces inductions centenaires étaient modernisées, adoucies, assorties de certaines des ruses d’Erickson (approche naturaliste) et aussi des idées collaboratives d’Araoz, dans un esprit proche du « développement personnel » apparu dans les années 1970-1980 et dont on ne se passerait plus : métaphores, beaux voyages intérieurs, régressions dans le temps (sans limites !), travail sur les émotions, etc.

De même, j’avais aussi modifié les structures que j’avais apprises en PNL pour les rendre « hypnotiques » car, à l’époque, utilisées telles qu’elles, mes patients les trouvaient « bizarres » et peu efficaces (ce n’est pas faute d’avoir essayé !). Les gens ordinaires, en thérapie, ne sont pas tous prêts à parler à leurs mains ou à modifier des images « en haut à gauche » en imagination ! Mais, laisser l’hypnothérapeute activer leurs ressources profondes, laisser leur Inconscient les soigner, ça c’était facile et agréable.
Apparaissent donc des protocoles : la Nouvelle Hypnose francophone propose ainsi des « méthodes à suivre », des procédures, comme Rossi en avait fait connaître le premier dans l’Histoire de l’Hypnose (alors qu’il travaillait pourtant encore avec Erickson, l’homme anti-protocoles !), mais plus complets (car ceux de Rossi faisaient toujours 3 points, en 3 questions).
La PNL et certains courants New-age avaient aussi commencé à utiliser de telles structures d’intervention, faciles à suivre pour un débutant. Il ne manquait plus qu’à faire de même pour la pratique de l’Hypnothérapie, autrefois difficile d’accès. Donc, simplifier la pratiquer, oui, mais toujours avec des protocoles de niveau professionnel, utilisables en thérapie, par des thérapeutes, auprès de cas parfois difficiles…
La Nouvelle Hypnose francophone allait ainsi rendre accessibles à la compréhension et à la pratique du plus grand nombre les techniques de travail en Hypnose, grâce à des « guides de pratique » en plusieurs points, adaptés aux différents cas de figure rencontrés en thérapie ou en coaching !

Cela aussi s’est propagé et, aujourd’hui, bien rares sont les écoles d’Hypnose qui ne proposent pas, même renommées autrement, l’un des protocoles présentés depuis 1995 dans les toutes premières formations de l’IFHE et, comme je vous l’écrivais plus haut, dans mon livre « Hypnose« .
Ce livre, qui dépasse au moment de l’écriture de cet article les 150.000 exemplaires vendus, diffuse toujours en France et dans les pays francophones cette nouvelle approche de l’Hypnose, plus douce, certes pratiquée dans un esprit de développement personnel, mais avec une grande rigueur et sophistication technique, qui participe grandement à son efficacité.
Après la sortie de ce livre, la Nouvelle Hypnose francophone remplaça quasi immédiatement, dans la pratique des hypnothérapeutes francophones et de beaucoup de pnlistes, l’approche classique et celle, certes efficace mais peu reproductible (et parfois brutale), du « sage de Phoenix » ou les structures simples de la PNL, accessibles mais souvent limitées dans la pratique réelle (professionnelle) de la thérapie.

L’approche d’Erickson que j’avais connue dans les années 1990, enseignée au compte-gouttes aux professionnels de la santé (dans des instituts le plus souvent fermés au grand public), a fait place à une pratique plus facile, plus douce, plus adaptée à la thérapie ordinaire, en laissant au monde médical la partie difficile : tout ce qui concerne les maladies physiques lourdes ou la psychiatrie.
Aujourd’hui, l’IFHE forme en moyenne 1000 personnes par an, essentiellement pour leur développement personnel, bien qu’un grand nombre continue l’apprentissage jusqu’au niveau nécessaire pour pratiquer l’hypnothérapie, professionnellement. Les groupes sont hétéroclites, majoritairement féminins, de toutes professions ou toutes origines sociales… L’Hypnose s’est démocratisée !

~oOo~

J’espère que cet article vous a permis de mieux cerner ce qu’est la Nouvelle Hypnose, telle qu’Araoz l’avait souhaitée, de comprendre ses origines, sa philosophie, et par-là même de mieux mesure la différence avec les autres formes d’Hypnose : le « saut quantique » qu’Araoz a su engendrer entre les « hypnoses appliquées sur la personne » (classique et éricksonienne) et la pratique moderne de la Nouvelle Hypnose, collaborative, structurée et technique – et même sans perte de conscience, avec l’Hypnose Humaniste, née avec le nouveau millénaire.

Vous n’avez donc plus de raison de vous mélanger et d’appeler improprement « éricksonienne » une Nouvelle Hypnose apparue après la mort d’Erickson, que celui-ci n’a jamais pratiqué et qui est, en plus, bien loin de sa manière de penser !

En vous souhaitant succès et bonheur dans votre pratique de la Nouvelle Hypnose, que ce soit pour votre usage personnel (ou familial) ou auprès de vos patients.

La Nouvelle Hypnose : le livre ! (Episode 2/5)

Nous voilà à la préface du livre, écrite par Theodore Xenophon Barber, PhD. (1927-2005), un expert en Hypnose plus ancien que son homonyme, Joseph Barber, PhD., célèbre quant à lui pour ses travaux sur le traitement de la douleur en Hypnose…

LA PREFACE DU LIVRE

Theodore X. Barber (dont je n’ai pas pu trouver une photo) s’est fait connaître en 1969 pour son livre « Hypnosis: A Scientific Approach » qui a participé aux lettres de noblesse universitaires de l’Hypnose, avec d’autres grands nom de l’époque comme Martin Orne ou Ernest Hilgard.
Barber était, comme Erickson, un « super sceptique », l’un de ces matérialistes extrémistes, membre actif du Committee for Skeptical Inquiry (CSI) et aujourd’hui au Panthéon des Sceptiques (Pantheon of Skeptics) – eh oui, cela existe !!… Donc, pas la personne la plus ouverte d’esprit qui soit !…

Il a le mérite d’avoir participé avec ses collègues à sortir l’Hypnose du flot de superstitions dans lequel elle pouvait encore baigner, à cette époque. Il est donc édifiant qu’Araoz l’ait invité à préfacer son livre, clair hommage à l’Hypnose Classique, et plus encore que T.X. Barber ait accepté, gage de sérieux pour la Nouvelle Hypnose.

Les travaux de Barber l’ont amené à penser que l’Hypnose (l’EMC) n’était pas le vecteur principal du changement (par exemple, thérapeutique) et que la suggestion (donc, les mots, les paroles) était ce qui comptait le plus.
De fait, il ne parlait plus d’Hypnose… mais « d’approche hypnosuggestive ». Il faut le savoir quand on lit sa préface (cf. extraits ci-dessous).

Bon, mis à part cela, Barber ne nous apprend pas grand chose de nouveau à travers sa préface (voir la première page de la préface). Il nous rappelle que « l’approche hypnosuggestive » des années 1980 est désormais centrée sur la personne, au contraire des anciennes formes d’Hypnose où l’importance du thérapeute était centrale (c’était lui qui avait le savoir et qui agissait). Il rappelle aussi les noms du trio de chercheurs qui ont (re)lancé les recherches scientifiques sur l’Hypnose (Orne, Hilgard et lui-même), ce qui avait attiré d’autres grands noms de la psychologie à travailler sur l’Hypnose (il cite Weitzenhoffer, Spanos, Sarbin ou encore Fromm, Bowers et d’autres)… avec pour résultat plus de 1000 nouveaux articles de recherches innovantes sur l’Hypnose.

Et toute sa préface détaille cette évolution de perception de l’Hypnose, devenue « approche scientifique sérieuse » à travers les années 50, 60 et 70. Il dit notamment que « bien que le grand public ait une conception encore rigide de l’Hypnose, cette ancienne vision n’est plus acceptée par aucun chercheur sérieux actuel. » (S’il pouvait avoir raison, même en 2018 !! 😀 )…

Barber explique aussi ce qui a fait l’évolution vers la Nouvelle Hypnose, partant de l’Amérique des années 40-50, est « une Amérique des années 80 plus démocratique, avec un accroissement marqué du niveau moyen d’éducation des américains, une expansion significative des sources d’information, spécialement la télévision, etc. » (c’est lui qui le dit !). Il fait le lien avec « la prise de conscience croissante d’une large partie de la population pour les actions militaires américaines continuelles et inutiles, ainsi que pour la constante menace de l’holocauste nucléaire, qui a provoqué des mouvements de protestation et une plus grande disposition à la défiance des autorités existantes« …

Il semble donc à Barber que la population (américaine, mais on peut étendre l’idée) n’était plus à même d’accepter une forme « d’aide » où un thérapeute tout-puissant manipulait la personne, certes pour son bien, mais sans son accord éclairé (sans que la personne ait les détails pour approuver ou non l’action du thérapeute).
La voie pour une Nouvelle Hypnose collaborative était donc naturellement ouverte.

John Watkins, à 98 ans (créateur, entre autres choses, du « pont affectif » utilisé pendant la RHV, en Nouvelle Hypnose)

Enfin, Barber parle de l’évolution des autres formes de thérapie : Gestalt, thérapie existentielle, TCC et l’ensemble des « thérapies humanistes » qui faisaient désormais partie de la boite à outil des thérapeutes des années 80… Il cite aussi les « innovateurs comme Erickson, Sacerdote, Spiegel et Watkins, devenus moins ritualistes et plus centrés sur la personne »… Avant de conclure qu’il était donc normal, d’après lui, que l’Hypnose, grand-mère de ces approches, évolue elle aussi vers une approche « plus résiliente, créative, permissive et collaborative. »

Bien sûr, comme on s’en serait douté, Barber termine en expliquant que « la Nouvelle Hypnose codifie tous ces nouveaux principes de base et présente des exemples aidants de leur mise en application », qu’elle « clarifie le rôle des nouveaux hypnothérapeutes comme professeurs et guides » dans une relation de collaboration avec la personne, « pour l’aider à expérimenter de nouvelles voies« . Et que les nouveaux hypnothérapeutes (praticiens de la Nouvelle Hypnose) seront désormais « pleinement engagés avec leurs clients et communiqueront avec eux (en donnant des suggestions) pas seulement de façon verbale et intellectuelle, mais avec feeling, émotion, participation et engagement. »

Il précise que « l’ancienne hypnose était trop accrochée aux procédures et aux inductions ritualisée, à l’obtention de transe profonde, et que les thérapeutes étaient dérangés et préoccupés lorsque leurs patients n’étaient pas assez hypnotisés » (Barber a participé à la création d’échelle d’hypnotisabilité, comme Weitzenhoffer)… Alors que « les nouveaux hypnothérapeutes sont conscients du côté fallacieux des hypothèses qui sous-tendent l’intérêt à la transe profonde et, comme le précise Araoz (plus tard dans le livre), qu’ils mettent l’emphase sur le fait d’aider la personne à apprendre de nouvelles compétences en utilisant l’hypnosuggestion, pour la paix de l’esprit, la tranquillité et l’amélioration personnelle ».

Là, Barber annonce en quelques lignes ce que l’on apprendra dans le livre : la prise de conscience des auto-suggestions négatives (chères à Araoz) et des bienfaits de l’auto-hypnose… avant de conclure : « La Nouvelle Hypnose nous apprend à tous à utiliser l’hypnose pour atteindre la paix de l’esprit et pour fonctionner avec une conscience accrue et  plus de compétences dans notre vie de tous les jours. Ce livre indique ainsi la voie d’amélioration de nos savoir-faire thérapeutiques et aussi de l’amélioration de nos vies, la nôtre et celle de nos clients ».

Belle fin de préface, venant d’un expert extrêmement exigeant, peu enclin à jouer des émotions pour faire passer une idée ou à enjoliver une pratique. La Nouvelle Hypnose a donc dû bien l’impressionner pour qu’il écrive un texte pareil… ce qui donne envie de plonger dans l’introduction du livre, écrite par l’auteur lui-même !

Les livres étaient comme les films de l’époque : un long générique de début… pour nous mettre dans l’impatience du commencement des choses concrètes !

L’INTRODUCTION PAR ARAOZ

On lit enfin Araoz, qui nous raconte qu’il avait intitulé « New Hypnosis » un chapitre de son précédent livre (« Hypnosis and Sex Therapy », 1982). Il avait présenté dans ce chapitre sa vision d’une nouvelle manière de pratiquer l’Hypnose, ce que « de nombreuses personnes que je respecte pour leur professionnalisme » lui ont demandé d’étendre… Ce qui fut donc à l’origine du livre « The New Hypnosis », sujet de ce long article. (Voir la première page de l’introduction)

Araoz dit que la réaction de ses collègues lui fit prendre conscience que ses concepts d’une « Nouvelle Hypnose » le dépassaient, que cette nouvelle approche avait une vraie réalité, qu’il convenait de présenter plus longuement (ce qui m’arriva aussi, en mon temps, avec « ma façon à moi de faire de l’hypnose, mais sans dissociation », dont la description pour mes élèves finit par être si longue et complète qu’elle prit la forme d’un gros livre de plus de 500 pages… et que l’on dut baptiser ce qui était, en fin de compte, bien plus qu’une simple « approche personnelle » : l’Hypnose Humaniste !)…

Voici ce qu’écrit Araoz ensuite :

« Ce livre est la présentation de la méthode la plus efficace pour aider les gens à atteindre des buts qui, bien que désirés, semblaient auparavant inatteignables. Cette méthode est désignée comme la « Nouvelle Hypnose » parce qu’elle est enracinée dans des concepts et principes associés à l’Hypnose scientifique, telle que documentée depuis l’époque de Mesmer (environ 1775).
La Nouvelle Hypnose, d’un côté, touche et s’étend au-delà du domaine de l’Hypnose traditionnelle, et de l’autre côté s’élance au-delà de l’étroit focus de la soi-disant Hypnose Ericksonienne, avec ses rejetons tels que la Programmation Neuro-Linguistique.

La Nouvelle Hypnose accroît l’efficacité de l’Hypnose traditionnelle en étant plus expérientielle (NDR : c’est-à-dire fondée sur l’expérience, la recherche d’émotions et de sensations), plus centrée sur le client, et moins liée aux concepts expérimentaux relayés par les laboratoires. Elle intègre aussi des applications purement cliniques de l’Hypnose, tel que dans la plupart des travaux publiés par Erickson (NDR : donc des applications non-vérifiées en labo, mais tirées de l’expérience en thérapie), ajoutées aux preuves réunies par T.X. Barber et ses associés sur l’efficacité de l’Hypnose clinique non-traditionnelle (cf. plus haut, l’apport de Barber sur les mots, la parole, et donc pas seulement sur l’utilisation de l’état d’hypnose seul).

Je ne fais pas d’équivalence entre la Nouvelle Hypnose et l’approche éricksonienne de l’Hypnose (…) Le culte grandissant développé autour d’Erickson, de part et d’autre des USA et même à l’étranger devint une grave préoccupation. Je ne voulais pas prendre part à la dévotion de Milton H. Erickson car le culte est auto-limitant. (Voir la page 2 de l’introduction d’Araoz)

Milton Erickson

Erickson a enseigné quelque chose de beaucoup plus grand que son travail personnel en utilisant ses particularités et son humour, ses méthodes et paraboles peu orthodoxes.
Certains essayent maintenant de l’imiter au point de ressembler à lui (au « vieux Milton », attention !), répétant ses anecdotes comme si elles avaient une valeur sacrée, utilisant le paradoxe juste parce que cela ressemble plus à Erickson (ou plutôt « à Milton »).

Le culte est un inconvénient avec tous les grands maîtres, en religion et en philosophie comme en psychothérapie. Mais ses adorateurs manquent l’essentiel de l’héritage d’Erickson. Son travail nous a appris que le thérapeute doit se concentrer attentivement et totalement sur les besoins et les expériences du client. C’est seulement dans ce cadre que le thérapeute peut être lui-même et adapter son approche en conséquence.
Le culte ericksonien contredit son enseignement principal. La Nouvelle Hypnose doit beaucoup à Erickson, bien sûr. Mais elle est beaucoup plus que « Ericksonienne ». Elle inclut les techniques de nombreux chercheurs et cliniciens dans le domaine de l’Hypnose traditionnelle. Elle s’appuie également sur des éléments théoriques et méthodologiques de la psychothérapie existentielle, humaniste, de la Thérapie Cognitivo-Comportementale et de la thérapie expérientielle.

Enfin, la Nouvelle Hypnose se développe à partir des recherches menées en dehors du domaine de l’Hypnose traditionnelle dans les domaines de l’imagination, de la bilatéralité cérébrale et du changement humain, avec ses multiples ramifications dans la théorie des valeurs, de la perception et de l’image du monde. »

Voilà… pour ceux qui pensaient qu’il y avait un lien entre l’Hypnose Ericksonienne et la Nouvelle Hypnose, vous avez les idées sur le sujet du fondateur de la Nouvelle Hypnose. En pratique, si ce n’est l’inspiration apportée par Erickson (un « esprit pratique », centré sur la personne, qui a influencé toutes les formes de psychothérapie, pas seulement l’Hypnose) et les particularités de langage, certes repérées chez Erickson, mais ensuite largement améliorées en Nouvelle Hypnose (sur la base du « Milton-modèle » PNL) en un nouveau langage hypnotique, inconnu chez Erickson lui-même : les techniques des deux approches sont très éloignées !
On ne pratique en Nouvelle Hypnose rien de ce qu’Erickson faisait spécifiquement (donc rien qui lui soit propre), tout comme on n’utilise pas en Hypnose Ericksonienne les protocoles, le langage et les techniques de la Nouvelle Hypnose, tout simplement car Erickson lui-même rejetait toutes théories et tous protocoles… et que la Nouvelle Hypnose n’existait pas de son vivant !

UN TÉMOIGNAGE EXTÉRIEUR

David Calof, élève d’Erickson

Pour compléter ce que dit Araoz dans son introduction, voici un extrait du prologue du livre de David Calof, ancien et dernier élève d’Erickson pendant 5 ans, et pionnier de la Nouvelle Hypnose. Après avoir décrit un cas d’hypnothérapie, il explique :

« Contrairement à la vieille image de l’hypnose, (en Nouvelle Hypnose) nous ne réalisons pas les thérapies en exerçant un pouvoir sur le patient. Nous ne faisons pas quelque chose au client pour produire une « cure ». Au lieu de cela, nous travaillons avec lui, dans une relation de confiance et d’échanges, pour solliciter sa propre capacité à guérir et à résoudre ses problèmes.

Paradoxalement, bien que je doive à Milton Erickson les bases de ma pratique, je me suis progressivement écarté de ses techniques (…) Pendant les cinq ou six premières années de ma pratique, je vénérai Erickson et j’imitai son style de travail. Mais alors que moi et ma pratique parvenions ensemble à maturité, (…) je développai peu à peu ce que je pense être une manière de travailler plus « transparente ». J’écoute davantage ; je travaille plus lentement ; le plus souvent, je laisse le client dicter le rythme et la direction.

Erickson perçut que je m’écartais de ses techniques directives et m’y encouragea ; de manière subtile, il me dissuada de revenir, suggérant qu’il était temps pour moi d’établir mon indépendance. » (Extrait de « Monsieur ma femme, Madame mon mari », 1996)

LA NOUVELLE ECOLE DE NANCY

Le prof. Bernheim, de la Nouvelle Ecole de Nancy

Après avoir expliqué la différence entre l’Hypnose d’Erickson et la Nouvelle Hypnose, Araoz poursuit son introduction en détaillant le prochain contenu de son livre. Notamment, il pointe la différence entre les thérapies qui recherchent une prise de conscience chez la personne et la Nouvelle Hypnose « en tant que manière puissante d’aider les gens à changer librement et profondément. » 

Il explique que l’on n’a pas encore pu prouver qu’une prise de conscience, au sens de « compréhension intellectuel du problème » ait jamais fait changer qui que ce soit, et que le changement provient la plupart du temps, quelles que soient les références que l’on prenne, d’une expérience personnelle, profonde.

C’est là qu’arrivent les références à la Nouvelle Ecole de Nancy, d’Hyppolite Bernheim (nommée ainsi pour contraster avec l’Ecole de la Salpêtrière, de Charcot). Araoz raconte :

« En étudiant soigneusement la position tenue par l’Ecole de Nancy en hypnose (spécialement la Nouvelle Ecole de Nancy), on découvre que beaucoup de ce qu’ils avaient compris sur la suggestion et l’auto-suggestion entre dans le champ des « expériences intérieures », opposées aux prises de conscience intellectuelles ou aux convictions raisonnées. » Et là, Araoz part dans un rappel des « Lois de Suggestion », selon l’Ecole de Nancy (qui a beaucoup étudié cela, Bernheim étant celui qui a insisté sur l’importance des mots et paroles choisis) et une explication de la différence entre « volonté » et « imagination »…

Pour rappel, Milton Erickson travaillait surtout grâce à des ruses psychologiques, le langage était secondaire (« artfully vague » : vague et rusé, malicieux, astucieux). Les deux fondateurs de la PNL, Bandler et Grinder, ont cru découvrir dans les structures profondes du langage (grammaire transformationnelle, Chomski, 1957) le secret des succès thérapeutiques d’Erickson, comme Jay Haley avant eux avait cru le faire par le prisme de la thérapie systémique et stratégique.
En vain, car la réussite d’Erickson ne tenait finalement ni à sa « position paternelle » par rapport à ses patients (hypothèse de Jay Haley dans son livre « Un thérapeute hors du commun »), ni à son langage, pratiquement identique au langage simple des hypnotiseurs classiques, ni même aux exceptions de langage révélées par la PNL (Milton-modèle), que l’on connait bien maintenant, que l’on a généralisé et amélioré en Nouvelle Hypnose pour faire le Milton-modèle francophone actuel… Tout cela sans réussir à vraiment imiter Erickson !
Le secret tenait en fait à ses interactions, aux processus qu’il enclenchait chez les gens, donc à des ruses interactionnelles, telles qu’on en retrouve en Psychologie Sociale (cf. Milton-modèle 4, livre « Hypnose« , 4ème édition, 2013).

Bref, le langage avait été mis de côté par les hypnothérapeutes classiques ordinaires (Charcot, Janet et suivants), puis par les éricksoniens (qui privilégiaient les actions créées sur-mesure pour la personne, les prescriptions de tâche, ou restaient dans une hypnose, certes très bien faite, mais toujours très classique)… Pourtant Bernheim avait insisté sur l’importance des suggestions, en vain il faut croire, comme si l’époque n’était pas encore prête à cela.

Les choses ayant évolué, comme le faisait remarquer Barber dans sa préface, la Nouvelle Hypnose des années 80 retrouvaient l’importance des phrases bien faites. Ce sera le début des « accompagnements touchants, des jolies métaphores, des émotions retrouvées » de l’hypnothérapie telle qu’on la pratique aujourd’hui…
« A cause du lien sous-jacent avec la Nouvelle Ecole de Nancy » nous dit Araoz, « la désignation de Nouvelle Hypnose semblait plus appropriée qu’une autre, telle que « moderne », « naturaliste », « ericksonienne » ou « indirecte »… « Nouvelle » reflète aussi le but recherché dans ce livre, à savoir le changement humain, le renouveau – lequel est le sujet, au moins théoriquement, de toutes formes de psychothérapie.

Mais parce que le changement « humain » suit des règles définies relatives aux fonctions de l’hémisphère droit, « hypnose » est gardé dans le titre, même si de nombreux hypnotiseurs traditionnels seront en fort désaccord avec ma compréhension de l’Hypnose. Grâce aux preuves accumulées dans la dernière décennie, il est maintenant irréfutable que l’hypnose est reliée au fonctionnement du cerveau droit (NDR : Araoz précise au début de son livre qu’il parlera de « cerveau droit / cerveau gauche » comme d’une métaphore, non-scientifique, le sachant, mais parce que le terme est plus pratique à utiliser pour un livre grand public) Toutefois, le terme « hypnose » doit être pris dans un sens plus vaste que celui que lui donnent les traditionnalistes, en incluant tout activité mentale qui contourne le fonctionnement cerveau gauche, qu’il soit induit ou spontané. »

Araoz termine ensuite son introduction en expliquant que « la Nouvelle Hypnose a des applications dans tous les domaines du changement humain« , que son livre n’est pas restreint à la seule psychothérapie individuelle mais s’ouvre à la thérapie familiale (puisqu’Araoz est lui-même thérapeute familial) ainsi qu’au développement personnel. Souvenez-vous que l’Hypnose, jusque-là, se cantonnait au domaine médical, depuis James Braid (chirurgien), Bernheim et Charcot (neurologues), Erickson (psychiatre), etc. « Les gens ont tous bénéfices à apprendre à utiliser leur esprit » ajoute Araoz en se citant lui-même (Araoz, 1981).

Il faut faire l’effort de se remettre dans le contexte de l’époque pour se rendre compte de l’évolution. A cette époque, Erickson était mort depuis 5 ans. Il n’a jamais connu cette utilisation de l’Hypnose. Il serait abusif et faux de qualifier d’ericksonienne une pratique qu’Erickson lui-même n’a jamais connu ! « En ce sens, apprendre aux gens, depuis leur enfance, la valeur des suggestions constructives et positives (NDR : « suggestion » en hypnose, signifie « phrase » ou « pensée ») à utiliser dans toutes les activités humaines, cette éducation, véritablement, est une des voies naturelles de la Nouvelle Hypnose. » Alors qu’Erickson refusait d’enseigner l’Hypnose à ses propres enfants avant qu’ils ne soient en fac de Médecine !! On peut pratiquement parler de « révolution » ! Il y aura un « avant » et un « après » la Nouvelle Hypnose

Ce qui rappellera à certains la « mission » de l’IFHE, depuis sa création en 1995…

Pourtant, Bernheim avait tenté de lancer ce courant d’éducation sociale, mais sans doute trop en avance : « Depuis les toutes premières contributions de l’Ecole de Nancy, « l’application générale de la doctrine des suggestions », comme l’appelait Bernheim en 1887, a inclus l’éducation. Baudoin, une autre figure importante de l’Ecole de Nancy, consacrait un chapitre de son livre publié en 1913 à « la suggestion dans l’éducation des enfants ». Aujourd’hui, nous parlerions de développement personne (« self-help approach »), c’est-à-dire du fait que les gens apprennent à utiliser l’Hypnose pour améliorer leur vie. »

Il y avait d’autres prémices de ce courant, dans les années 70, notamment chez Leslie Lecron (qui a créé le signaling, avec son élève David Check) et son célèbre livre d’avant-garde (à l’époque) sur l’auto-hypnose… Araoz dit que cette volonté d’éducation permet de « voir l’Hypnose comme une méthode pratique d’amélioration personnelle, facile à apprendre par tout individu normal, plutôt que comme une technique médicale hautement spécialisée, dangereuse quand elle n’est pas utilisée sans la supervision directe d’un professionnel.
La Nouvelle Hypnose (…) est une habileté mentale, dans les mains de toute personne normale bien motivée, qui veut apprendre comment l’utiliser pour son développement personnel. L’Hypnose peut être apprise par « une personne ordinaire », sans se préoccuper de sa soi-disant hypnotisabilité. Effectivement, l’usage régulier de l’Hypnose pourra grandement bénéficier aux individus comme à la société. »

Un esprit très « humaniste » chez Araoz, longtemps avant l’arrivée de l’hypnose associante, qui parachèvera cette recherche d’une clé d’évolution personnelle, disponible à tout un chacun et bénéfique à la société tout entière (en Hypnose Humaniste, il n’y a plus aucune technique de langage, contrairement à la Nouvelle Hypnose, donc plus aucun risque d’influence par le thérapeute, même involontaire, et bien sûr aucune perte de conscience, puisqu’on cherche au contraire à « gagner en conscience »)…

Et Araoz de conclure par ces mots :
« La Nouvelle Hypnose n’est pas seulement une méthode de thérapie. Elle inclut une attitude, la volonté de reconnaître de manière pratique l’influence de notre esprit profond – l’Inconscient – dans tous les aspects de la vie personnelle, et un effort pour apprendre comment utiliser cette influence de l’Inconscient à notre meilleur avantage. »

Un esprit de développement personnel inconnu chez les hypnothérapeutes précédents…

~oOo~

Eh voilà, nous en avons fini avec l’avant-propos (Rossi), le prologue (Barber) et l’introduction (Araoz)… Le début du livre dit l’essentiel à savoir sur l’origine théorique et technique, et l’esprit qui anime la Nouvelle Hypnose.
Le corps du livre, proprement dit, rentrera dans le détail, donc comme dans un cours. Je vous en résumerai l’essentiel, afin que les articles suivants ne soient pas trop fastidieux (voyez déjà le nombre de concepts et de références de ce début de livre !)…

A suivre, donc ! (Episode 3/5) 🙂

Qu’est-ce que l’hypnose ?

C’est effectivement la première bonne question ! 🙂

Alors, ce n’est pas l’objet de ce blog de répéter ce qui a déjà été dit ailleurs. Je ne vous donnerai donc ici que les bases et les liens utiles pour en apprendre plus sur le sujet.

De plus, le blog se remplit, semaines après semaines, de nouveaux articles qui vous font découvrir à chaque fois de nouvelles facettes de cette vaste approche.

Définitions de l’Hypnose

Voici ce qu’en disait Milton Erickson, célèbre hypnothérapeute américain du milieu du siècle dernier :

L’hypnose, c’est une relation pleine de vie qui a lieu dans une personne et qui est suscitée par la chaleur d’une autre personne

Dans le livre « Hypnose« , voici ce que j’écrivais en 2001 :

L’Hypnose est un “État Modifié de Conscience” naturel, connu depuis que l’être humain existe. La “conscience” en question est en fait simplement notre esprit conscient, la perception ordinaire que nous avons du monde, avec nos 5 sens. Les techniques utilisées pour modifier l’état de conscience habituel sont multiples et choisies en fonction de l’objectif global à atteindre.

Le terme « hypnose » désigne donc à la fois un « état de conscience » et l’approche qui regroupe les techniques capables de provoquer cet état et qui permettent de l’utiliser.

Pour ne pas confondre, l’état de conscience s’écrit « hypnose » sans majuscule et l’approche technique s’écrit « Hypnose » avec une majuscule.

On fait donc de l’Hypnose pour mettre la personne en état d’hypnose 🙂

Retrouvez d’autres définitions de l’Hypnose sur le site IFHE.

Quatre formes d’Hypnose
Braid

James Braid

Eh oui, il existe plusieurs manières de faire de l’Hypnose. Vous connaissez forcément déjà ce que l’on appelle l’Hypnose Classique, qui est simple et souvent autoritaire. C’est l’Hypnose de nos grand-parents, celle que l’on voit dans les spectacles, mais elle est à la base de toutes les autres formes d’Hypnose thérapeutique, encore actuellement.

erickson

Milton Erickson

L’Hypnose Ericksonienne est apparue dans la première moitié du XXe siècle et s’inspire du travail de Milton Erickson, un psychiatre américain. En réalité, on devrait plutôt parler « d’approche éricksonienne », car Erickson pratiquait une sorte d’Hypnose Classique à peine améliorée (on lui attribue souvent l’origine des suggestions indirectes, alors que James Braid, le médecin qui a inventé le mot « hypnose », les décrit déjà dans son livre en 1843 !). La vraie particularité d’Erickson se situe plutôt dans son approche stratégique, indirecte, « artfully vague » dit-on en anglais (« malicieusement vague ») : il arrivait à obtenir ce qu’il voulait sans le demander directement. C’est surtout cela que l’on a retenu d’Erickson et qui a influencé la psychothérapie et l’hypnothérapie moderne.

Rossi

Ernest Rossi

La Nouvelle Hypnose est née des travaux d’Ernest Rossi, bras droit de Milton Erickson, alors qu’il tentait de comprendre ce que faisait son mentor. C’est lui qui est à l’origine, dans les années 1970, des premières « structures thérapeutiques » en Hypnose (les techniques en plusieurs points que l’on enseigne en formation). Les historiens américains de l’Hypnose disent donc de lui que c’est le grand-père de ce que l’on appelle la Nouvelle Hypnose.

Daniel Araoz

Daniel Araoz

En fait, le terme « Nouvelle Hypnose » n’est apparu qu’en 1979 et fut créé par un sexothérapeute américain : Daniel Araoz, pour désigner l’utilisation choisie et améliorée de certaines techniques éricksoniennes. C’est de l’Hypnose Ericksonienne enrichie et modernisée. Les hypnothérapeutes actuels font donc de la Nouvelle Hypnose, même lorsqu’ils appellent cela de l’Hypnose Ericksonienne…

La Nouvelle Hypnose est dite « intégrative ». Certains y mélange de l’EFT ou de l’EMDR, du New-Age. Personnellement, je la pratique avec des structures PNL, créées par Richard Bandler – puisque cette approche vient essentiellement de la modélisation de Milton Erickson.

Richard Bandler

Richard Bandler

Dans les années 1990, je fus ainsi à l’origine des « mises en hypnose » des structures PNL les plus connues : la Transformation Hypnotique Intérieure (THI), la Reconstruction Hypnotique, etc. Ces techniques sont apparues officiellement dans mon livre « Hypnose« , début 2000. Elles sont maintenant utilisées quasiment par tous les hypnothérapeutes, en France et dans le monde, sous divers intitulés selon les pays…

Hypnose-Humaniste

Une clé pour mieux vivre !

L’Hypnose Humaniste est la forme d’Hypnose la plus récente. C’était ma manière de pratiquer à mes débuts, que l’on a formalisé et structuré au début des années 2000, lorsque j’ai commencé à l’enseigner. La particularité de l’Hypnose Humaniste est de permettre à la personne d’accéder à un état modifié de conscience par davantage de conscience (et non plus en plongeant dans l’inconscience) : plus de perte de contrôle, bien au contraire, plus de risque de manipulation par un « thérapeute » maladroit ou mal intentionné, pas d’ingérence dans notre esprit, puisque c’est la personne qui intervient directement sur elle, en état de conscience augmentée, seulement guidée par le thérapeute… Bref : les avantages de l’Hypnose sans ses inconvénients !

Cette dernière forme d’hypnose a un succès croissant. Les médias l’adorent, forcément ! Les patients sont rassurés. Ils changent ou guérissent très vite, facilement, et en toute autonomie. Ainsi, de plus en plus de thérapeutes s’y forment. Elle réconcilie les psys traditionnels avec l’hypnose, car elle allie la « thérapie brève » américaine au travail psychologique, avec l’Inconscient, les symboles, les rêves, etc. de la tradition européenne.

Lisez-en plus sur les différentes formes d’Hypnose sur le site IFHE.
Lisez et écoutez des exemples d’induction hypnotique, selon ces différentes formes d’Hypnose. Vous en retrouverez aussi sur le site MP3-hypnose-gratuit.com.

L’histoire de l’Hypnose

charcot-cours

Charcot à la Salpêtrière

Concluons cette rapide présentation avec un lien pour découvrir l’histoire de l’Hypnose.
Nous avons les premières traces d’utilisation d’un « soin par la parole » il y a plus de 6000 ans, à l’époque sumérienne, mais il y a fort à parier que tout cela existait depuis bien plus longtemps encore…

La page (en lien) que vous pourrez lire résume rapidement les dates clés qui menèrent à la naissance de l’Hypnose, puis les thérapeutes principaux qui la firent grandir. Je vous ferais un peu plus tard un meilleur article, plus complet. Cela vous fait déjà beaucoup de choses à lire !

Si vous avez des questions, visitez donc la FAQ (« foire aux questions ») de l’IFHE ou bien celle du site Hypnose-Humaniste.com.

A bientôt 🙂

Se former en Hypnose ?

Un moment fort de la vie…
Un cadeau que l’on se fait.

Tour-Eiffel-3

Comme le mari d’une élève me le disait récemment : « On ne peut pas imaginer que ce soit vrai avant de le vivre« . Sa femme s’était formée en hypnose l’année précédente, et il pensait qu’elle exagérait lorsqu’elle lui décrivait ce qu’elle vivait en formation.
Aujourd’hui, c’est lui qui se forme et qui découvre que, oui : pratiquer l’hypnose dépasse le simple fait d’apprendre une « technique ». On découvre et on intègre une autre manière de vivre et de voir la vie – quelque chose qui change tout…
En mieux ! 🙂

Partir à la découverte de soi

Bien que la formation soit conçue pour aboutir à un exercice professionnel, avec le niveau de sérieux, de qualité et d’exigence qu’on peut imaginer (vérification régulière des acquis, certification à mi-parcours, examen final écrit et pratique), elle est ouverte à tous.

Statistiquement, seulement 5 à 10% des participants viennent pour faire de l’hypnose un métier – certains parce qu’ils sont déjà thérapeutes ou coachs et qu’ils sont là pour apprendre une nouvelle approche – et d’autres, même professionnels, parce qu’ils connaissent déjà les bienfaits possibles de l’hypnose et souhaitent participer à la formation pour eux-même, pour leur confort de vie ou leur développement personnel.

groupe-hypnose

Il faut savoir qu’en Suisse, en Allemagne, au Canada (et sans doute dans d’autres pays encore), le fait de s’être formé en hypnose permet d’avoir des réductions d’assurance-maladie : les assureurs connaissent les bienfaits de cette approche et savent que leurs assurés auront, suite à leur formation, moins de soucis de santé, d’arrêts maladie, etc.
(quand s’en rendra-t-on compte en France ??)

Dans ces mêmes pays, les mutuels d’assurance remboursent les séances d’hypnose (il faut juste que l’hypnothérapeute atteste d’une formation telle que celle de l’IFHE pour qu’il soit « remboursable »).

Au-delà de ça, un coup d’oeil au Livre d’Or de l’IFHE vous permettra de lire les témoignages des personnes qui se sont déjà formés avec nous. Une réaction qui revient régulièrement, de la part de personnes habituées aux formations d’entreprise, c’est : « Je n’ai jamais vu autant de gens sourire, tout le temps, tous les jours, toute la semaine ! » ou « C’est incroyable que tout le monde soit content ! Il est rare d’observer un tel pourcentage de satisfaction : tout le monde est aux anges ! Comment faites-vous ? » 🙂

Le secret, c’est que nous apprenons des choses importantes pour la vie – tout le monde le ressent et sent le mieux-être – et nous le faisons dans la bonne humeur.
Apprendre des choses sérieuses et importantes en riant. Que demander de plus ?

On n’est pas en thérapie !

Vous entendrez cela régulièrement en formation 😉
C’est vrai, la formation n’est pas le lieu pour étaler ses problèmes aux copains – d’autant que certains ne sont pas encore thérapeutes. La formation en hypnose n’est pas un « groupe de thérapie », le formateur n’est pas là pour vous soigner, vous aurez beaucoup de choses à apprendre, vous pratiquerez tous les jours… et, pour autant (ou grâce à cela) vous ne ressortirez pas de cette formation comme vous en serez arrivé !

Hypnose115x160En formation, sans qu’on le recherche vraiment, les choses bougent en nous : on se met à voir la vie différemment, on comprend mieux les gens, on ressent de plus en plus de choses, on apaise des blessures en soi, on se rassure et on gagne en confiance !
C’est ce processus qui amènera du mieux dans votre vie – c’est une alchimie qui opère doucement, tranquillement, pendant que vous serez occupé par votre apprentissage !

Être heureux soi-même et en bonne santé, c’est le minimum lorsqu’on souhaite faire profession d’aider les autres à recouvrer la santé et à vivre mieux. 🙂
Si vous décidez d’aller jusqu’au bout du parcours diplômant, jusqu’au niveau de « Maître-Praticien », tout à la fin de votre formation nous vous demanderons de participer aux premiers jours du cursus, en tant que « personne ressource », pour aider les nouveaux dans leurs premiers pas.

Nous vous expliquerons en formation ce que cela aura de bénéfique et de pédagogique pour vous – mais je peux déjà vous dire une chose : tous les futurs « Maître-Praticiens » qui font leurs journées de personne ressource ont la même réaction le premier jour. « Oh, mais je n’étais pas comme ça, moi, au début ! »… en prenant conscience de la différence entre ce qu’ils vivent désormais et de la manière de vivre et de penser des nouveaux arrivants.
« Si si, tu étais bien comme ça aussi, au début… Tu te rends compte ? » 😀

Universite-IFHE-Hypnose

Une de nos élèves, venue de Chine pour devenir « Enseignante en Hypnose » (et elle va bientôt le devenir), me disait dans son français hésitant : « Olivier, vous aidez les gens à changer leur vie. Ils vivent mieux après. En rentrant à la maison, ils mettent du bonheur chez eux. Ils emmènent ce bonheur à leur travail… Finalement, personne après personne, vous changez le monde ! » C’est touchant. Cela fait plaisir – car on voit bien autour de nous que c’est vrai. Et cela encourage à continuer.

Alors… à bientôt ?

Tour-Eiffel-2Découvrez les formations IFHE
données par Olivier Lockert et son équipe