Exemples d’induction de Nouvelle Hypnose

Daniel-Araoz-hypnosisC’est en 1979 que Daniel Araoz, un sexothérapeute américain, crée le terme « Nouvelle Hypnose » en clin d’œil à la « Nouvelle École » de Bernheim – à la belle époque, ce dernier et Charcot (École de la Salpêtrière) se battaient pour savoir si l’Hypnose était un état pathologique ou naturel. Le professeur de médecine, Hippolyte Bernheim, soutenait que l’Hypnose était une capacité naturelle, propre à chaque être vivant… Il mettait également beaucoup d’importance sur la notion de suggestion, sur l’usage technique de la parole – ce que reprend donc la « Nouvelle Hypnose ».

Cette approche désigne ainsi l’utilisation de certains outils de Milton Erickson, mêlée aux techniques originelles de l’Hypnose Classique, et auxquelles s’ajoutent des compléments comme la PNL, les neurosciences, la sociologie, etc. Ceci pour les objectifs actuels de développement personnel, de coaching, d’une meilleure et saine qualité de vie – toutes choses qui sont désormais largement demandées par les personnes qui consultent, mais à l’époque inexistantes dans la pratique d’Erickson, qui était avant tout médecin-psychiatre.

La Nouvelle Hypnose s’appuie donc sur d’anciennes bases techniques et y ajoute tout ce qui peut aider aujourd’hui. D’où son appellation « d’hypnose intégrative », dans le sens où la Nouvelle Hypnose intègre sans souci toutes sortes d’approches ou de techniques aidantes.
Les interventions de la Nouvelle Hypnose sont donc bien différentes de celles, plus strictes et « médicales » (même en psychothérapie) de Milton Erickson, dont la pratique était, sauf à la fin de sa vie, très « classique ».
L’époque d’Erickson n’est pas si ancienne – mais le monde a tellement évolué depuis que l’esprit qui guidait sa pratique est désormais tout à fait dépassé. Plus personne n’accepterait un thérapeute aux manières parfois brutales, intransigeantes, à la morale figée sur des principes d’un autre temps et, surtout, sans aucune disposition à ce que l’on appelle aujourd’hui le « Développement Personnel ». Pas de coaching du temps d’Erickson ! La vie n’était pas aussi facile qu’aujourd’hui et les familles se préoccupaient essentiellement d’assurer leur subsistance. Le docteur, monsieur le maire, le prêtre et l’instituteur étaient rois. La santé était le seul domaine d’intervention d’un thérapeute.

Ce qui fait dire à Daniel Araoz : « nous devons beaucoup à Erickson, mais nous ne sommes pas éricksoniens »… Et Ernest Rossi, plus ancien élève d’Erickson de confirmer (dans la préface du livre « New Hypnosis », d’Araoz, en 1980) : « mes années avec Erickson n’ont servi qu’à préparer la Nouvelle Hypnose ».

Daniel Araoz

Ainsi, la Nouvelle Hypnose est la première forme participative d’Hypnose : la personne a enfin la parole ! En Hypnose Ericksonienne, on la laissait répondre aux questions du thérapeute, mais c’est tout… Bien sûr, la santé est toujours la base de toute thérapie, mais les patients d’aujourd’hui se préoccupent aussi de leur qualité de vie ! Les intérêts ont évolué et la pratique de l’Hypnose ne pouvait plus rester la même qu’à l’ancien temps.

L’évolution technique est nette :
– En Hypnose Classique, même si les métaphores et les suggestions indirectes existaient déjà (elles viennent de là), Bernheim expliquait que la parole était comme un médicament que l’on donnait à la personne. On pensait la psychothérapie comme de la chimie ou de la chirurgie, sans les émotions.

– En Hypnose Ericksonienne (moderne), l’hypnothérapeute amène son patient en transe par biais détournés, en suractivant ses mécanismes inconscients, grâce à des suggestions cachées, des sous-entendus, des paroles subliminales… et toujours sans demander son avis à la personne. C’est l’hypnose « permissive » : qui laisse croire à la personne qu’elle est libre (illusion de contrôle, afin d’obtenir de la « soumission librement consentie ». La personne accepte de se laisser faire, c’est sa seule participation.

– En Nouvelle Hypnose, pour la première fois de l’histoire de l’Hypnose, on demande à la personne de « choisir un bon souvenir », de nous décrire « comment ce serait d’être en transe », de répondre réellement à des questions (pas pour l’influencer ou la diriger, mais pour savoir ce qu’elle pense), d’imaginer et de faire des choses durant la séance. Bref, le rôle de la personne cesse d’être passif et devient essentiel !

Ainsi, pratiquement tout ce qui fait que vous, visiteur de ce site, êtes attiré par « l’Hypnose Ericksonienne » est en réalité de la « Nouvelle Hypnose »… Même si la première appellation est passée dans le langage commun, ce n’est plus ce que l’on pratique. Les techniques et l’esprit ont largement évolués.
La Nouvelle Hypnose répond à nos attentes, elle est aussi plus douce et plus pédagogique : l’hypnothérapeute décrit en permanence à la personne ce qui se passe. Le modèle d’intervention est moins « médical », l’autonomie de la personne est encore plus travaillée : le soignant n’administre plus un traitement, comme en Hypnose Ericksonienne, il tâche de rendre la personne responsable aussi de sa santé (et de sa vie) afin que le « mal » ne revienne jamais plus.

LockertPour pratiquer la Nouvelle Hypnose, vous apprendrez tout autant les techniques de l’Hypnose Classique que celles de l’Hypnose Ericksonienne. Ce sont souvent les mêmes. Et puis, vous irez plus loin, en améliorant considérablement ces techniques de bases, pour les utiliser d’une manière qui sera la vôtre, praticien du 21ème siècle : bien plus technique, mais aussi plus douce, plus enveloppante, plus imaginative et ludique, tenant compte du confort de vie, des besoins émotionnels, voire spirituels, de la personne, du désir que nous avons désormais de ne pas vivre « pour rien », d’avoir une « raison de vivre », un but, etc.

Cette évolution technique considérable est mon apport, langage et protocoles thérapeutiques, depuis le milieu des années 1990. C’est ce qui a permis à l’Hypnose de plaire autant et de se développer à grande vitesse en quelques années, à partir de la parution du livre « Hypnose » (qui regroupe ces évolutions techniques) début 2000.

Comme indiqué pour les autres formes, il y a tellement de façon de mener une induction hypnotique en Nouvelle Hypnose que les exemples ci-dessous pourraient vous induire en erreur, vous limiter, quant à la vraie nature de cette hypnose moderne. Gardez donc à l’esprit que les exemples ne sont que les reflets, fragmenté, d’une pratique infiniment plus vaste – d’autant qu’en situation réelle, elle s’adapte au coup par coup à chaque personne reçue, sur le mode de l’improvisation et de l’intuition.

« Bien. Je vais vous demander de fixer votre main… C’est ainsi que fonctionne l’hypnose : on commence par fixer un point, votre main, un objet dans la pièce… peu importe.
Vous savez ce qu’est un ancrage ? C’est comme la musique qui passait lorsque vous avez rencontré l’homme
 (la femme) de votre vie. Maintenant, à chaque fois que vous entendez cette musique, c’est « vôtre » musique, la musique de votre rencontre… C’est un peu comme cette bonne odeur de gâteau, chez le boulanger, qui me rappelle la cuisine de ma grand-mère et les bonnes pâtisseries qu’elle me faisait… En fixant votre main, vous savez, tout cela va s’accrocher à vous, tant et si bien que, chaque jour, sans que vous sachiez, cette main, elle va voleter comme d’habitude devant vos yeux, sans que vous n’y prêtiez attention… Et maintenant, elle réactivera, sans que vous n’ayez quoi que ce soit à faire, tout ce que vous allez inconsciemment déclencher de positif aujourd’hui… Cela s’entretiendra… et grandira dans votre vie… 

Alors fixez juste cette main… Voyez ! Depuis que je vous parle, il y a déjà un doigt qui ne touche plus le tissu de votre pantalon… Vous l’avez vu quand il s’est soulevé ? Non ? Et il y a tellement d’autres choses comme ça qui changent sans qu’on sache…
Regardez mieux, voulez-vous ? Regardez bien la main… c’est imperceptible… D’abord, vous avez commencé à la fixer du regard et, vous avez bien entendu, je n’ai pas demandé à la main de bouger… et vous avez bien vu comme elle a mis longtemps à bouger… parce que pendant quelques minutes : plus rien ne bougeait ! C’est curieux, ça ?… Et je ne sais pas si vous savez ce que vous avez appris sans le savoir, là… En tous cas, je sais que votre esprit profond a appris quelque chose d’important…
Vous voulez que je vous dise ?… Tout les petits mouvements nerveux, saccadés, parasites, qui secouaient tout le temps les doigts, avant… même quand vous dormez… il y avait tout le temps ça… et là : plus rien ! Tout est parti… Et vous ne vous êtes pas concentré – ce n’est pas une question de volonté : on ne peut pas guérir ou changer par la volonté – non, vous avez juste fixé la main… et tout est parti, tout les trucs parasites… toutes ces choses dont vous ne vouliez pas et qui avaient envahi insidieusement votre vie… Parti !… 

Et maintenant, je vois un autre doigt encore qui découvre sa légèreté, comme si une part subtile de vous, profond en vous, a retrouvé – vous voyez ! [un troisième doigt vient de se soulever] ça se fait tout seul… de plus en plus… [les paupières de la personne clignent lentement et restent un moment fermées ; elle prend une profonde inspiration] C’est très très bien… très très bien… Et vous pouvez juste laisser les paupières se fermer confortablement tranquillement… maintenant… car on voit beaucoup mieux… dedans… les paupières fermées…
Voilà, c’est bien comme ça… et découvrir en vous le chemin qui mène aussi bien plus profond encore en vous… Juste une faille, peut-être, une porte lumineuse dans l’obscurité sécurisante du rideau des paupières… Et votre esprit peut voyager vers cette lumière… pour aller apprendre comment 
[nommer l’objectif donné par la personne] alors que l’Inconscient continue par ailleurs son travail… De plus en plus tellement si légère [la main a entièrement décollé : c’est une « lévitation du bras »]… au fur et à mesure où l’Inconscient fait bien tout cela… complètement… en tenant compte de tout, et même de tout ce dont nous n’avons pas parlé… et peut-être précisément de cette chose importante, dont nous n’avons pas parlé… je le sais… et il le sait aussi…
Et vous n’avez rien à faire pour que… la vie change… Juste… rejoindre cette lumière et… découvrir… ce qu’il y a là… Oui ? » 
(la personne exprime en quelques mots les images, sentiments ou perceptions qui lui viennent)
La partie thérapeutique commence…

On pourra conclure en permettant à la main qui flotte en l’air de redescendre au contact de la jambe seulement au rythme où tout les acquis de la séance se mettent en place consciemment et inconsciemment dans la vie de la personne.

Autre exemple, utilisant les réactions de la personne, avec suggestion subliminales (en italique) :

« Je ne sais pas si vous avez remarqué comme votre corps est plus détendu, maintenant… et c’est bien comme ça… car vous pouvez profiter de ce moment pour retrouver toutes ces pensées… et laisser encore le regard se défocaliser… comme cela… tranquillement… et comme vous pouvez continuer d’entendre ma voix qui parle… vous n’êtes pas obligé d’écouter… parce qu’il y a une autre partie de vous qui écoute et comprend… ce qu’il y a à comprendre… et je me demande si cela signifie que vous, votre inconscient, êtes prêts à entrer tranquillement, et en toute sécurité, dans ce moment de détente… de rêve… et de liberté retrouvée… parce qu’alors, vous allez vous sentir plus détenduencore, tandis que vos yeux se ferment tranquillement… d’une bonne lourdeur reposante… voilà… comme ça… c’est bien… »

(Suggestions cachées : « Tranquillement, ma voix parle à une autre partie de vous… et… vous entrez tranquillement dans ce moment de rêve… plus détendu… tranquillement… »)

La fermeture des paupières s’obtient généralement assez facilement.

« Et comme vous pouvez continuer… à laisser grandir et s’approfondir ce bien-être et cette détente agréable… comme lorsque vous avez bien travaillé… ou après une longue marche en montagne… et que vous prenez plaisir à prendre un repos bien mérité… et à laisser le corps se ressourcer… vous pouvez rester attentif à ce qui se passe ici… comme vous pouvez laisser l’esprit s’envoler, et vous emmener dans un rêve, dans un rêve… dans un rêve… à la fois ici… et là-bas… pendant que votre Inconscient fait exactement ce qui est nécessaire pour mettre en place les solutions… utiles… maintenant… et tout au long de ce bénéfique voyage intérieur… vous avez tout le temps du monde… et je vais continuer de vous accompagner, silencieusement… alors que s’installent tranquillement les parties de votre esprit… inconscient et conscient… qui vont maintenant découvrir, dans un moment… comment rassembler et mettre bien en place… votre vie de demain. »

(Suggestions cachées ou accentuées : « Continuez !… Vous avez bien travaillé… Et prenez plaisir à laisser ici l’esprit s’envoler… dans un rêve… là-bas… Et les solutions bénéfiques s’installent dans votre vie de demain. »)

Accompagnez ainsi la personne pendant quelques minutes.

« Et vous pouvez laisser faire votre Inconscient… cette facette profonde et cachée de vous-même… et parfois même, il survient alors des choses que l’on savait pouvoir ne pas faire et que l’on fait pourtant parfaitement bien… Des choses que vous avez en vous… sans même savoir comment vous avez appris à vous en servir… comme tout à l’heure… et même maintenant, peut-être… sans savoir du tout comment… vous laissez faire ça en vous… Des choses surprenantes… et agréables… »

Renouvelez les suggestions indirectes (grâce aux silences entre les phrases), placez éventuellement des métaphores, puis concluez :

« Voilà !… et maintenant votre inconscient s’est occupé de tout cela… autant qu’il est possible de le faire maintenant… et comme tout cela commence à s’harmoniser… bien sûr, ce n’est que le tout début… et ces choses-là ont tellement de manières de se manifester… Comment pourrais-je savoir comment ?… votre inconscient fait cela pour vous maintenant… et pour tous les jours de votre vie… Et même vous, peut-être, vous ne savez pas encore comment… vous allez prendre plaisir à découvrir tout cela…

Et quand votre esprit conscient sera d’accord pour reconnaître ce processus intérieur bénéfique… …et qu’il vous permettra de renouveler cette expérience deux à trois fois par jour… au moment le plus profitable… et je me demande si tout cela vous donne le plaisir et l’envie de vous étirer… de vous étendre… bien-être… et d’ouvrir les yeux, paisiblement complètement éveillé… frais et dispos. »

(Suggestions cachées : « Voilà, tout cela est possible maintenant… …Cette expérience profitable donne envie de bien être complètement éveillée. »)

Hypnose-livreLa Nouvelle Hypnose francophone a intégré les structures simples de la PNL dans les processus hypnotiques, en les améliorant, ce qui permet des interventions autrement impossibles. Ainsi, beaucoup de séances sont construites sur des protocoles éprouvés en thérapie ou en coaching.

– Protocole d’apprentissage rapide, physique ou psychologique, pour dépasser ses limites personnelles (éducation, timidité, etc.).
– Protocole de reconstruction intérieure, en cas de conflit ou même de fractionnement de personnalité.
– Protocole d’activation inconsciente, pour générer de nouveaux processus profonds (faire cesser des compulsions, des addictions, etc.).
– Protocole de régression en âge pour soigner à la base un traumatisme passé qui influence toute la vie de la personne.
– Etc.

De même, la Nouvelle Hypnose francophone propose des métaphores sophistiquées, construites sur la base de protocoles thérapeutiques et intégrant un langage hypnotique très technique. Par exemple (extrait du livre « Hypnose« ) :

« Ainsi, ce jour-là, juste en revenant de chez l’Ancien de sa tribu chez qui il devait apprendre la magie, mais qui n’avait toujours rien de nouveau, notre lutin rouspétait pour lui-même : ‘bon sang ! Il n’y a moyen de rien faire ici ! Si on veut apprendre et repousser la routine… il faut des potions, un grimoire… et tout ça, il faut l’acheter… et en plus elles sont préhistoriques, complètement dépasséesses recettes ! Et il voudrait qu’on l’imite ? s’écria-t-il un peu fort… Pour qui se prend-il !? J’en ai assez, moi, de l’Ancien : je veux créer les charmes du futur… Moi, ce que je veux, c’est avoir une vie hors du commun, extraordinaire ! »

(Suggestions cachées, à lire en italique : « Juste apprendre de nouveaux moyens de faire… Repousser la lâcheté… et dépasser ses limites… Pour créer les charmes du futur et avoir une vie extraordinaire »)

Ou pour une séance qui a lieu un samedi :

« Alors… la sensation de légèreté bienfaisante envahit à nouveau notre lutin inventeur… qui prend tout à coup conscience qu’il y a comme une aura autour de lui… Comme un changement physique aussi : ses deux pieds ne touchent plus le sol et des deux mains, il tient une courte baguette magique… Il regarde l’être et les elfes… Mais,  sont passées les fées ?… « C’est positif » dit un elfe à l’entité. « Il a réussi et il peut en être fier » fait un autre. « Quelle belle aura ! » lance un troisième… « C’était le lieu et l’heure, répond l’être… Il est prêt à rentrer maintenant« … Notre lutin ne sait plus trop bien  il est… Son esprit est limpide, et il n’est pas habitué… Alors, l’un des elfes dit : « Ramenons-le chez lui ! Nous y serons en quelques heures maximum et pourrions voir la joie de sa famille à son retour ». Les autres répondent avec enchantement de leur accord. Le lutin remercie l’être et jette un dernier regard à cette forêt magique qu’il gardera toujours au fond de son cœur. »

(Suggestions cachées, à lire en italique : « Il y aura un changement dès demain… ou l’effet positif aura lieu maintenant… ou lundi maximum… Remercie. »)

Conclusion
La Nouvelle Hypnose est la forme d’hypnose dissociante (qui plonge la personne dans son Inconscient, laissant le soin au thérapeute de réharmoniser les automatismes psychiques et émotionnelles de la personne) la plus complète à ce jour. C’est celle qui est majoritairement utilisée par les hypnothérapeutes européens.

Lire aussi :
L’Hypnose Classique
L’Hypnose Ericksonienne
L’Hypnose Humaniste

Exemples d’induction d’Hypnose Ericksonienne

MHEDu nom du psychiatre américain Milton H. Erickson (1901-1980), l’Hypnose Ericksonienne actuelle est multiforme, parfois douce et accompagnante, parfois autoritaire comme Erickson savait l’être. On décrit cette forme d’hypnose comme « artfully vague » (vague, floue et rusée, malicieuse… on dirait « stratégique ») et « naturaliste » ou « utilisationnelle », dans le sens où l’on utilise ce que la personne présente, physiquement ou psychologiquement, pour l’induction hypnotique comme pour la thérapie elle-même.

L’Hypnose Ericksonienne s’appuie sur les techniques de l’Hypnose Classique et y ajoute de nombreuses astuces de langage. Elle est donc plus longue à apprendre et à maîtriser. Cette différence de technicité permet d’utiliser l’Hypnose avec 100% des personnes, ce qui n’est pas forcément possible en Hypnose Classique où l’on ne cache rien, donc si la personne veut « résister », ne pas se laisser faire ou ne pas faire ce qu’on lui demande : elle le peut, ce qui n’est pas forcément le cas en Hypnose Ericksonienne si l’hypnothérapeute est assez rusé ou astucieux !

L’Hypnose Ericksonienne a un caractère essentiellement thérapeutique. Elle n’est pas spectaculaire (les artistes ne l’utilisent pas directement en spectacle)… Les inductions utilisées sont faites soit de manière « formelle » (on sait que l’hypnothérapeute procède à l’induction) soit en « hypnose conversationnelle » (la structure de l’induction est la même, mais intégrée à la conversation ordinaire, souvent en questionnement). Les deux façons de procéder amènent la personne à un état modifié de conscience similaire.
S’il n’y a pas d’état d’hypnose reconnaissable, il s’agit de « communication hypnotique » (pas d’hypnose, mais utilisation des techniques de langage) comme en publicité ou en politique… On ne fait pas de « communication hypnotique » en hypnothérapie (du moins, pas que cela).

Le langage de l’Hypnose Ericksonienne utilise souvent la confusion (afin de saturer les perceptions conscientes et d’ouvrir la communication vers l’Inconscient) ainsi que l’humour, les suggestions indirectes (camouflées) et tout un patchwork d’outils de communication hypnotique destinés à impacter la personne au niveau profond, donc sans qu’elle ne le sache (Inconscient). Une fois que l’état hypnotique est établi chez la personne, un observateur non-averti pourrait se demander comment on en est arrivé là ! Exemple des analgésies hypnotiques que l’on peut installer très rapidement (quelques dizaines de seconde ou moins).

Les inductions faites en conditions réelles de psychothérapie sont ainsi très « étranges » pour le novice, car elles peuvent devenir invisibles (cas des inductions « conversationnelles »). En apparence, il n’y a alors jamais eu d’induction hypnotique… Mais la personne présentera bien sûr les « signes de transe » qui permettent de confirmer qu’elle est bien en état d’hypnose : ce n’est pas juste « une discussion », sinon on ne parlerait pas d’hypnose ! Tous les phénomènes de l’hypnose peuvent être produits.

Il est donc impossible de donner un « modèle » valable d’induction hypnotique éricksonienne car il n’en existe pas de forme toute faite – alors qu’il existe de nombreux protocoles, sur lesquels on peut broder, en Hypnose Classique ou en Nouvelle Hypnose.
Tout est improvisé pour la personne qui se présente pour l’expérience. Seul le langage est reconnaissable par sa technicité. Et chaque induction, bien spéciale, ne sera de toute évidence plus jamais réutilisée par l’hypnothérapeute.

Autre souci : comme tout thérapeute, la pratique de Milton Erickson a changé tout au long de sa vie… Pendant longtemps, Erickson pratiquait ce que nous appelons de l’Hypnose Classique (cf. ci-dessus), puis vers la la fin de sa vie, il utilisait une étrange manière de parler, pleine de sous-entendus, de répétitions, etc. ce qui a marqué les hypnothérapeutes actuels. A tel point que, lorsqu’un hypnothérapeute utilise de manière caricaturale les techniques de langage d’Erickson de cette époque, les américains disent : « Vous faites du vieil Erickson » – par opposition avec la technique plus classique qu’il a utilisé toute sa vie.

Voici donc quelques exemples d’induction hypnotique éricksoniennes, selon l’âge d’Erickson.

Milton-Erickson-young1923, induction par création d’un phénomène hypnotique :

« Je veux que vous vous mettiez à l’aise sur votre chaise et que vous vous détendiez. Maintenant que vous êtes assis, posez vos deux mains à plat sur vos cuisses. Exactement comme cela. Vous allez surveiller vos mains, et vous remarquerez que vous pouvez les observer attentivement. 

Ce que vous allez faire, c’est vous détendre. Vous remarquerez alors que certaines choses se produisent au cours de votre relaxation. Elles se sont toujours produites pendant que vous vous détendiez, mais vous ne les avez pas si bien remarquées auparavant. je vais vous les signaler. je voudrais que vous vous concentriez sur toutes les sensations et impressions que vous ressentirez dans vos mains, quelles qu’elles soient. Peut-être sentirez-vous la lourdeur de votre main posée sur votre cuisse, ou aurez-vous là sensation d’une pression. Peut-être sentirez-vous l’étoffe de vos pantalons contre la paume de votre main, ou la chaleur de votre main sur votre cuisse. Les sensations que vous éprouverez, je veux que vous les observiez. Peut-être ressentirez-vous une sorte de démangeaison. Peu importe les sensations que vous éprouverez, je veux que vous les observiez. Regardez toujours votre main, et vous remarquerez comme elle est tranquille, comme elle reste dans la même position. Il y a des mouvements en elle, mais ils ne sont pas encore perceptibles. je veux que vous gardiez les yeux sur votre main. Votre attention peut se détourner de la main, mais elle reviendra toujours sur la main, et vous gardez les yeux fixés sur la main et vous vous demandez quand les mouvements qui se trouvent en elle vont devenir visibles. 

Il sera intéressant de voir lequel de vos doigts va bouger le premier. Ce sera peut-être le majeur, ou l’index, ou l’annulaire, ou l’auriculaire, ou le pouce. L’un de vos doigts va tressaillir ou bouger. Vous ne savez pas exactement quand, ni à quelle main. Regardez toujours bien et vous allez remarquer d’a bord un léger tressaillement, peut-être à la main droite. Tenez, le pouce tressaille et bouge. Au début du mouvement, vous remarquerez une chose intéressante. Les espaces compris entre les doigts s’élargissent très lentement, les doigts s’écartent très lentement, et vous noterez que les espaces s’élargissent de plus en plus. Ils vont s’écarter lentement ; les doigts s’écartent de plus en plus, de plus en plus, de plus en plus, exactement comme ça. 

Tandis que les doigts s’écarteront, vous remarquerez que bientôt les doigts voudront se dresser en formant un arc au-dessus de la cuisse, comme s’ils voulaient se lever de plus en plus haut (l’index du patient commence à se dresser légèrement).

Remarquez comme l’index se lève. En même temps, les autres doigts veulent le suivre, les voilà qui se dressent lentement (les autres doigts commencent à se lever). 

Pendant que les doigts se lèveront, vous allez ressentir une impression de légèreté dans la main, une sensation de légèreté, d’autant plus que les doigts se dressent en arc, et toute la main va se soulever et s’élever lentement, comme si c’était une plume, comme lorsqu’un ballon monte en l’air, monte, monte, en l’air, en l’air, en l’air, s’élève de plus en plus haut, de plus en plus haut, la main devient très légère (la main commence à se lever). Quand vous regardez votre main se lever, vous remarquerez que le bras monte, monte en l’air, un peu plus haut, plus haut, plus haut, encore, encore, encore. (Le bras s’est levé d’environ 10 centimètres au-dessus de la cuisse et le patient le regarde fixement.) Regardez toujours la main et le bras qui se dressent et, pendant ce temps, vous ne tarderez pas à sentir combien vos yeux sont devenus somnolents et fatigués. Tandis que votre bras continue à se lever, vous vous sentirez fatigué, détendu, et vous aurez envie de dormir, une grande envie de dormir. Vos yeux se feront lourds et peut-être que vos paupières voudront se fermer. Et pendant que votre bras se lèvera de plus en plus haut, vous voudrez vous sentir de plus en plus détendu, vous aurez de plus en plus sommeil, et vous voudrez éprouver un sentiment de paix et de détente en fermant vos yeux et en vous endormant. 

Votre bras se lève, encore, encore, et vous devenez très somnolent ; vos paupières se font lourdes, votre respiration devient lente et régulière. Respirez profondément – inspirez et expirez. » (Le patient tient le bras tendu droit devant lui, ses yeux clignent, et sa respiration est profonde et régulière.)

 

milton-erickson-middle1945, double induction réalisée par Milton Erickson et Jerome Fink (ils parlent alternativement) :

« Endormez-vous profondément (go sound asleep). Profondément (deep down), profondément endormie (sound asleep). Continuez de dormir. Vous pouvez même fermer les yeux et aller plus profondément, encore plus profondément (deeper, deeper). Continuez de dormir profondément (sleeping deeply) et dormez profondément (and sleep soundly), très profondément, très profondément et très profondément (very soundly, very deeply and very soundly). Pour vous permettre de vous endormir même plus profondément encore, vous devez bloquer (block out)tout sauf les voix du Dr Erickson et moi-même et vous. Allez plus profondément, progressivement plus profondément endormie. Continuez de dormir profondément, profondément (deeply, soundly). Facilement, pro- fondément, profondément endormie (easily, deeply, soundly asleep). Allez même plus profond encore, plus profond, plus profond et protégez ce sommeil. Dormez simplement à votre façon, de manière à ce que vous puissiez (so that you can) accomplir tout ce que vous voulez accomplir. Et dormez paisiblement, dormez en toute confiance, très relaxée. Profondément, profondément endormie (deeply soundly asleep). Stabilisez ce sommeil. Continuez de dormir (continue to sleep), plus profondément et encore plus profondément. 

Et continuez de dormir (keeping to sleep) très profondément. Très profondément, profondément endormie. Nous allons écarter ce stylo afin que vous puissiez (so you can) dormir même encore plus profondément et vous sentir plus confortable (feel more comfortable). Et nous allons écarter cette feuille afin que vous puissiez même dormir plus profondément. Et vous devez avoir une raison à vous endormir. Et vous allez répondre à cette raison d’une manière confortable. Et vous allez réellement dormir profondément afin que vous puissiez entendre seulement le Dr Fink et moi. Avec une vague compréhension que tout cela est bien et va continuer d’être bien. » 

 

1958, induction hypnotique de régression en âge (démonstration filmée) :

« …vous vous sentez aller en transe maintenant. Et je voudrais que vous vous sentiez dans une position différente, dans une position différente dans cette pièce que celle dans laquelle vous êtes maintenant. Et fermez les yeux, et dormez profondément, et sentez-vous dans une position différente dans cette pièce, comme si vous étiez assis de façon quelque peu différente. Et Gregory (Bateson) est toujours là-bas, en train d’actionner cela (la caméra), et je voudrais que vous vous sentiez aller de plus en plus profondément en transe. Je me demande ce que vous auriez envie de faire dans cet état de transe. Vous faisiez de la recherche, je crois, sur les primates.

Patient : Hmm hmm.

Erickson : Et je voudrais que vous pensiez à cela, et ensuite je voudrais que vous vous demandiez quel autre sujet pourrait se présenter, et je me demande si vous auriez envie de regarder pas là, par là. Et je me demande quelle visualisation vous pourriez obtenir en regardant par là. Je me demande si vous pourriez voir un film ou une sorte d’écran.

Patient : Je peux voir un écran, là-bas.

Erickson : Vous pouvez voir un écran. J’aimerais que vous voyiez une bande de statistiques sur cet écran, et j’aimerais que vous vous demandiez ce qu’elles représentent. Elles n’ont probablement pas d’intérêt particulier, et ensuite j’aimerais que vous voyiez quelque chose derrière ces statistiques. Quelque chose d’intéressant ; quelque chose d’agréable. C’est cela. Et commencez à voir quelque chose d’agréable et d’intéressant. Très agréable et très intéressant, qui implique du mouvement et de l’activité. C’est cela. Du mouvement et de l’activité – lesquels se transforment en quelque chose d’autre qui est moins plaisant, un peu désagréable. Et cela continue et je voudrais que vous me disiez quelles sensations ce mouvement vous donne. Qu’est ce que ce mouvement vous semble être ? »

(début du travail thérapeutique)


1961
, induction de transe profonde (en démonstration publique)

« Maintenant, écoutez-moi … Vous pouvez me regarder. Vous avez été dans un état de transe avant et vous le savez. Vous êtes un excellent sujet. Je vais vous suggérer quelque chose, pour vous. Vous pouvez dormir très facilement, aller dans la transe juste en fixant votre attention. Je pense que la meilleure façon pour vous d’apprendre à le faire et de le démontrer pour le public est la suivante :

Comme vous vous tenez là, je vais compter de un à vingt. Je peux compter de un à vingt par un ou deux par deux, par quatre, cinq, ou en dizaines. Au moment où je compterai vingt, vous serez endormi. Quand je serai arrivé à cinq, vous serez à un quart du sommeil. Quand j’arriverai à dix, vous serez à mi-chemin endormi. Quand j’arriverai à quinze, vous serez au trois-quarts du chemin endormi. Et quand j’atteindrai vingt, vous serez pleinement endormi. Vous allez prendre une profonde respiration et aller ainsi, profondément endormi (sound asleep). Allez-vous vous asseoir, s’il vous plaît ?

Maintenant, regardez le public et soyez conscients d’eux, parce que je vais commencer à compter. 1, 2, 3, 4. 5, 6, 7, 8, 10 – à moitié endormi – 11, 12, 13, 14, 15, – et trois-quarts endormi – 16, 17, 18, 19, 20. Prenez un respiration profonde et entrez profond (go deep), profondément endormi (sound asleep), de façon profonde (way deep), un profond sommeil (sound asleep),profond et profond sommeil. Continuez à dormir et profitez-en vraiment.

Je veux que vous dormiez ce qui semble être un très, très long temps, et vous vous sentirez reposé et confortable, comme si vous aviez dormi pendant huit heures, et après je vous réveillerai…. »

 

Milton-Erickson-old1976, induction conversationnelle (exemple donné dans son cours)

« Quelle sorte de transe voulez-vous ?… Combien de temps cela va-t-il vous prendre pour y entrer ? Comment saurez-vous que vous êtes en train de commencer ? Maintenant, pensez-vous vraiment que vous êtes encore complètement éveillé ?
Dans quelle transe sentez-vous que vous êtes déjà ? En combien de temps pensez-vous qu’elle va s’approfondir ? Vous me ferez savoir quand elle sera assez profonde, n’est-ce pas ?
Qu’est-ce que vous aimeriez faire dans cette transe pendant qu’elle s’approfondit ? Ou préférez-vous que ce soit une surprise ? Bientôt ou un peu plus tard ?
Est-ce que vous laisserez votre main bouger quand elle sera chaude ? Et vous ne savez pas combien d’engourdissement vous aimerez garder après votre réveil, n’est-ce pas ? »

L’hypnothérapeute repère les réactions de l’Inconscient et les augmente alors par ratification (il les fait remarquer à haute voix ou bien il les produit lui-même, en miroir), jusqu’à ce que la personne ferme les yeux.

2000, induction éricksonienne moderne, par Robert Dilts

« Asseyez-vous, je vous en prie… » (début du Yes Set).
L’hypnothérapeute se met en synchro avec la personne.

Présuppositions à propos d’états de transe précédents, suggestions subliminales et saupoudrage afin de réveiller les états de transe commune quotidienne de la personne. Par exemple :
« Combien de temps cela vous prend-il habituellement pour entrer dans une transe confortablement profonde ?… Peut-être qu’aujourd’hui vous pourrez entrer en transe plus rapidement que d’habitude… car, bien sûr, il est important de ne pas entrer en transe trop rapidement, seulement à votre rythme… de sorte que vous puissiez vraiment apprécier cette sensation confortable de détente profonde. »

L’hypnothérapeute observe le visage et le corps de la personne, à la recherche des « signes indicateurs de transe » (calibration et ratification).
Une fois les premiers signes de transe, l’hypnothérapeute soulève le bras de la personne et le place en catalepsie (confusion kinesthésique). En même temps, il met son index devant les yeux de la personne et dit : « Laissez-moi prendre ce bras… et laissez-le devenir plus lourd et plus relaxé…  et fixez juste mon doigt… car quand je touche là… les yeux se ferment et les muscles se détendent tranquillement… et vous entrez en transe plus profondément encore. »

Le bras devient lourd de relaxation. L’hypnothérapeute donne des suggestions de bien-être.
Quand la transe s’est approfondie, l’hypnothérapeute appuie son index sur le front de la personne, doucement mais fermement, et repousse la tête vers l’arrière. Il lâche alors en même temps le bras de la personne et, si ses yeux ne se sont pas encore fermés, il les ferme doucement avec ses doigts.

La transe devient plus profonde (début de la phase de travail)…

Conclusion
Les inductions hypnotiques de Milton Erickson étaient donc très proches de celles de l’Hypnose Classique. Cette dernière utilisait déjà les suggestions indirectes et les métaphores. L’apport d’Erickson était de manier les phénomènes hypnotiques avec ruse, en fin connaisseur de la psychologie de la personne et des réactions qu’il pourrait obtenir d’elle.
On dit qu’Erickson n’utilisait l’hypnose que pour 1 patient sur 5. C’est ainsi que sa pratique principale devint « stratégique », hors hypnose, notamment grâce aux prescriptions de tâche (presque 40% de ses séances en comportent)…

Lire aussi :
– L’Hypnose Classique
– La Nouvelle Hypnose
– L’Hypnose Humaniste

Exemples d’induction d’Hypnose Classique

Les techniques dites « classique » représentent la source de toutes formes d’Hypnose. Milton Erickson a gardé toute sa vie, dans sa pratique, les bases de l’Hypnose traditionnelle de James Braid ou du Pr. Bernheim – la fixation du regard ou de l’attention, par exemple, dont il n’est nulle part question dans les livres d’Hypnose Ericksonienne et qui, pourtant, est tout à fait évidente lorsque l’on voit Erickson pratiquer!

1002935-André_Brouillet_Le_Dr_Charcot_à_la_SalpêtrièreSi certains hypnothérapeutes des premiers temps avaient un caractère dominant, ce qui était propre à l’époque, il ne faut pas généraliser la caricature du « Dormez,je le veux ! » Les thérapeutes du XIXème siècle étaient aussi intelligents et sensibles que nous pouvons l’être aujourd’hui, et la plupart pratiquaient avec douceur.

De fait, les hypnothérapeutes actuels utilisent quotidiennement les techniques issues de l’Hypnose Classique – même lorsqu’ils s’en défendent : il est de bon ton d’être « en synchro » avec son patient (cela vient de Mesmer, en 1750), toutes les inductions débutent par une phase de focalisation de l’attention (cela vient de James Braid, fondateur de l’Hypnose, en 1841, et cela portait même son nom au début), on active les mécanismes inconscients, hors du champ de conscience de la personne (suggestions et métaphores, qui existent depuis les débuts de l’hypnose), on fait des suggestions directes camouflées (on en trouve à foison dans les livres d’hypnose des années 70) ou des suggestions indirectes (on en trouve des exemples dans le premier livre de James Braid, dès 1843) ou des « rêves éveillés » (sortes de métaphore inventée par Robert Desoille, dans les années 30-40), on utilise du signaling (réponse de l’Inconscient, technique formalisée par Cheek et Lecron à la fin des années 60), on fait des régressions (techniques découverte par Pierre Janet, dans les années 20). Etc.

En fait, on ne devrait pas parler d’hypnose « Classique », mais d’Hypnose… tout court.
Les autres formes étant des variantes de celle-ci, originelle : l’hypnose de spectacle, l’hypnose d’Erickson, la Nouvelle Hypnose, l’Hypnose Humaniste, par la suite.

Pour cet exemple, nous adopterons un langage simple et direct, afin de guider la personne (suivant des mécanismes psychologiques maintenant mieux connus) et d’obtenir par la suite les phénomènes hypnotiques nécessaires à la thérapie (métaphores).

Ainsi, on pourra utiliser les techniques de l’Hypnose Classique (sans les humiliations et désagréments occasionnés parfois par certains « artistes » qui utilisent l’hypnose pour leurs spectacles…) et l’autonomie de la personne sera toujours préservée. On pourra même rendre utiles les phénomènes hypnotiques les plus curieux, de manière symbolique.
Par exemple, le test des mains serrées, traditionnel, pourra symboliser la force à laquelle la personne tient à ses rêves, ou devenir la métaphore thérapeutique d’une « irrésistible force, que personne ne parvient à contrer » (personne ne peut séparer les deux mains de la personne) ou du « développement d’une puissance intérieure telle que le « charbon ancien », prisonnier à l’intérieur, se transforme doucement, mais sûrement, en le plus pur diamant » (parallèle entre la pression irrésistible des mains, emprisonnant la matière à transformer, et la création d’un état psychologique de la personne plus sain, purifié, etc.).
La réouverture des mains symbolisera alors la libération de la personne métamorphosée, par exemple, comme deux mains qui s’entrouvrent pour « laisser apparaître le joyau qu’elles contiennent« .

Ainsi, on ne fait pas de spectacle et on n’est pas forcément « dominant » quand on pratique l’Hypnose Classique. On « fait de l’Hypnose », comme des milliers de thérapeutes l’ont pratiqué et la pratiquent encore, depuis presque 200 ans…

Voici un exemple d’induction rapide de Dave Elman (Hypnotherapy, 1964) :

Demandez à votre sujet de serrer ses mains devant lui, puis dites…

« Prenez une grande et profonde respiration, remplissez bien vos poumons et tenez l’air pendant une seconde… Maintenant, soufflez et fermez les yeux… Et laissez-vous détendre… Débarrassez- vous des tensions superficielles de votre corps et laissez les épaules se détendre. C’est bien de vous détendre aujourd’hui. 

Posez maintenant votre conscience sur vos paupières. Vous savez que vous pouvez admirablement bien détendre ces yeux. Vous savez que vous pouvez détendre ces yeux tellement profondément, cela aussi longtemps que vous choisissez de garder cette relaxation, et les paupières ne fonctionneront simplement plus… Et quand vous savez que vous avez fait ça, gardez toujours cette relaxation et faites un bon essai : assurez-vous qu’elles ne fonctionnent pas… Et remarquez comme elles se sentent bien. Testez-les vraiment… c’est ok (pause). C’est bien. Arrêtez d’essayer et laissez-vous bien détendre… encore plus. 

La qualité de relaxation que vous avez créée dans vos yeux est la qualité de la relaxation que j’aimerais que vous laissiez aller dans tout votre corps. Prenez donc cette relaxation et apportez-la jusqu’au-dessus de votre tête… Et envoyez-la vers le bas de votre corps, du dessus de la tête au bout de vos orteils. Laissez aller chaque muscle… Laissez aller chaque nerf. Laissez aller chaque fibre… Et laissez-vous dériver beaucoup… plus… profond… détendu. Voilà, vous l’avez ! 

Approfondissons maintenant vraiment cet état. Dans un moment, je vous demanderai d’ouvrir et refermer vos yeux. Quand vous fermerez les yeux, envoyez une vague de relaxation par votre corps, tellement rapidement que vous permettrez ainsi à la part physique de vous-même de se détendre… Dix fois plus profond. Voulez-le et vous l’aurez. Laissez vos yeux s’ouvrir… et fermez les yeux… Et vraiment… laissez aller. Sentez votre corps se détendre, encore davantage. Vous le faites très bien. 

Dans un moment, je vous demanderai encore d’ouvrir et fermer les yeux. Au moment où vous fermerez les yeux, doublez cette relaxation physique !… Laissez-la vraiment se développer en vous deux fois plus profondément. Laissez vos yeux s’ouvrir… et se refermer… Plus profond… Plus profond… Détendu. 

Dans un moment, nous le ferons une fois de plus… Et remarquez à quel point cela se fera tout seul pendant que vous apprenez à quel point tout cela est simple… Doublez-la au minimum. Très bien : laissez les yeux s’ouvrir… et se refermer (——) et laissez vraiment aller. C’est bien. C’est bien. 

Dans un moment, je vais soulever votre bras droit et le laisser tomber. Ne m’aidez pas à soulever ce bras… Et, quand il retombera, remarquez juste combien votre corps peut se détendre encore très facilement davantage (laisser tomber le bras). Parfait. Complètement en bas. Très bien. 

Maintenant le corps est vraiment détendu (——) alors, laissons l’esprit se détendre ; c’est vraiment ce que nous voulons faire. Quand votre esprit sera détendu vous pourrez vraiment réaliser tout ce que vous pourrez imaginer, dans certaines limites, naturellement. » 

Sitôt l’état de transe hypnotique bien installé chez la personne, on débute le protocole thérapeutique, grâce à des suggestions thérapeutiques directes, indirectes et des métaphores (James Braid est le premier à donner des exemples de ces techniques, dans son livre « Neurypnology », 1843) ou des structures plus modernes de soin ou de coaching.

Par exemple, les débutants en Hypnose apprennent à créer un parallèle symbolique entre des phénomènes de lourdeur et de légèreté d’une part (induction par « apposition d’opposés ») et ce qui est « désagréable / à rejeter » et « agréable / à garder » : on génère chez la personne un phénomène de catalepsie ou de lévitation de la main puis on le relit à ce qui est agréable, lumineux, etc. Ensuite, on fait de même, à l’inverse, avec l’autre main, lourde et reliée au désagréable, « aux choses profondes que l’Inconscient peut laisser partir… aider par la lumière… légère… de l’autre main »:

« Et tous les souvenirs (voix triste, ton de voix descendant)… désagréables… …se mettent à glisser dans le bras gauche… le bras du cœur… des émotions… et des choses du passé… Tout ce qui est lourd… lourd à porter… glisse… dans tout le bras… jusqu’à la main… lourde… de plus en plus lourde… au fur et à mesure que s’accumule… tout ce qui est noir… lourd et triste… Comme une huile grasse… sombre… qui s’écoule lentement… vers le bas… Comme d’avoir trempé les doigts dans l’huile… et que ça alourdit tellement ce bras… tellement lourd… …lourd… (le corps de la personne se met à pencher vers la gauche, emporté par le poids du main ; la main gauche glisse de la jambe sur laquelle elle était posée et pend sur le côté de la chaise) Comme ça… et ça permet à tout ça de s’écouler… de sortir de vous…

Et l’autre main… droite (voix plus légère, ton de voix montant)… celle de l’avenir et des projets à réaliser… va aller chercher de la lumière… pour contre-balancer l’autre main… et équilibrer le corps… (on saisit la main et on la place en position de catalepsie, à mi-hauteur) Voilà… un nouvel équilibre… plus léger… et la main va s’élever vers la lumière… comme un tournesol, qui cherche le soleil (on lâche la main, qui tient toute seule en l’air) …c’est très très bien… Et vous sentez comme la main continue de s’élever toute seule… et la lumière qu’elle capte (on touche doucement le bout des doigts) redescend dans le corps (on touche l’épaule gauche puis le côté du bras gauche, vers la main) pour aider (voix triste)  l’huile noire, épaisse… à s’en aller… à glisser… à glisser complètement… et tomber par terre… (voix légère) et le bras gauche… le cœur… s’emplit de lumière… »

Bien sûr, plus la main légère s’élève et plus elle transmet sa lumière à la main lourde… qui finit par devenir légère elle aussi, lorsque toute « l’huile » (les soucis) auront été évacués – ce qui signe la fin de cette rapide expérience d’hypnose bienfaisante.
Pas de langage flou ni de sous-entendus à la Erickson. Pas de langage technique ni de protocole à la manière de la Nouvelle Hypnose. La personne est bien dissociée et se laisse faire, donc ce n’est pas de l’Hypnose Humaniste non plus. C’est simplement « de l’Hypnose », comme on la pratique depuis ses débuts, même si on l’appelle aujourd’hui « classique ».

Conclusion
L’Hypnose Classique est en fait « de l’Hypnose », tout simplement : la forme la plus simple d’hypnose, idéale pour débuter, et avec laquelle il y a déjà de quoi réaliser bien des merveilles, pour soi ou pour les autres. Toutes les bases sont là !

Lire aussi :
– L’Hypnose Ericksonienne
La Nouvelle Hypnose
– L’Hypnose Humaniste

Conférence « De l’Hypnose à l’Hypnose Humaniste »

Voici l’enregistrement d’une conférence donnée récemment à La Réunion, en avril dernier, organisée par le centre R-Eveil.

Le thème est la présentation sont simples, puisque le public était novice en hypnose, mais il devrait ainsi intéresser le plus grand nombre.

Conférence de Georges Hadjo sur les images Kirlian

J’ai enfin pris le temps de monter les séquences de cette conférence, filmée en novembre 2007 à l’IFHE, un soir de formation de « Maître-Praticien en Hypnose ».

Georges Hadjo était le pionnier de l’imagerie Kirlian, devenue l’électrophotonique.
Découvrez quelques-unes de ses photos sur cette page… (cliquez).

Et voici la conférence. Le son est médiocre, mais les images inédites sont là.

 

Mes livres…

Une photo amusante de mes livres : depuis le manuscrit du livre « Hypnose », en 1999 (400 pages) et sa première édition en 2001 (600 pages)… Constamment, réécrit et amélioré : 2003, 2008 et jusqu’en 2013, où il atteint les 720 pages.

Quatre éditions et réécritures également pour le livre « Hypnose Humaniste », de 2006 à 2015… Le titre reste, le contenu évolue. A chaque fois, ce sont des mois de travail, de recherches et d’écriture.

C’est le principe que j’applique sur chacun de mes livres, qu’ils soient techniques ou romancés : ils se peaufinent avec le temps, comme on met à jour un programme informatique, le livre évolue avec l’avancée de nos connaissances.

J’ai laissé « en blanc » la place pour les livres en cours d’écriture : deux ouvrages spécialisés, en co-écriture avec Patricia d’Angeli pour celui qui sortira en 2016, et avec Gérard Cervi pour celui qui est prévu pour 2017 (déjà pratiquement terminé).

Plus de 120000 exemplaires vendus, dans 60 pays, des traductions en cours en 12 langues ! Et ce n’est pas fini…

Lockert-livres

 

A funny picture of my books: from the manuscript of the book « Hypnosis », in 1999 (400 pages) and its first edition in 2001 (600 pages)… Constantly rewritten and improved: 2003, 2008 and until 2013, where he reached 720 pages.

Also four editions and rewrites for the book « Humanist Hypnosis », from 2006 to 2015… The title remains, content changes. Each time, it’s months of work, researches and writing.

This is the principle that I apply on each of my books, whether technical or romanticized: they refine over time as a computer program updated with years, the book evolves with the progress of our knowledge.

I left space for the books being written: two specialized books, co-written with Patricia d’Angeli for the one released in 2016 and starring Gerard Cervi to that one provided for 2017 (both already almost finished).

More than 120,000 copies sold in 60 countries, ongoing translations in 12 languages! And it’s not over…

Secret de bonheur et longévité

Petite compensation au syndrome mégalo-paranoïaque dont souffrent les dirigeants américains depuis plusieurs décennies, et qui les poussent à surveiller la planète entière et, pour de multiples raisons, à vouloir envahir le monde : de temps en temps, ils rendent public une partie de leurs statistiques sur « nous » (la population).

Dans cette vidéo, on apprend qu’ils surveillent depuis 1938, et de manière très détaillée, plus de 720 hommes, de leurs concitoyens, volontaires (en ce temps-là, on avait le choix) pour cette expérience. Aujourd’hui, pour cette étude au long cours, ils surveillent également leurs femmes, enfants et petits-enfants… Des milliers de personnes.
(Et je ne parle pas de Google, la NSA, etc. Là, on ne parle plus en « milliers »)

Cette étude s’appuie sur des gens de milieu aisé comme de milieu pauvre et, pour ce que nous avons l’autorisation de savoir, et qui est nonobstant très intéressant, il ressort une conclusion en forme de lapalissade :

Robert Waldinger

Les bonnes relations nous rendent plus heureux

et en meilleure santé.

Si le principe de surveillance est douteux, il est aujourd’hui quasi impossible d’y échapper, avec Internet, le nouveau Windows 10 (qui est une centrale de surveillance, en quelque sorte), nos téléphones portables et maintenant les « montres connectées », etc. La somme d’informations ramassées sur nous, même seulement à travers nos véhicules (GPS), double chaque année !!! Tout ce que vous faites est conservé et mis en « profil ». Par exemple, Facebook conserve les mots que vous avez tapés puis effacés, même si vous n’avez jamais envoyé votre message…

Alors, que peut-on tout de même apprendre de positif, avec le peu que l’on nous redonne de cette immense base de connaissance sur les êtres humains ?

  • Que nos relations sont plus importantes pour notre santé physique, morale et mentale que nos revenus, notre reconnaissance sociale ou tout le travail que nous accomplissons… Il est important d’être « connectés », d’avoir une vie sociale. Les personnes qui se sentent seules vivent moins bien. Même les douleurs physiques liées à l’âge seront moins pénibles si nous avons eu et/ou avons encore de bonnes relations avec notre entourage.
  • Que ce n’est pas seulement le nombre de nos amis qui compte, ou que nous soyons ou non engagés dans une relation, mais c’est la qualité de nos relations proches qui fait la différence. On peut être seul dans un groupe et heureux en couple ou en famille. Une personne, riche ou pauvre, mais heureuse à la moitié de sa vie, sera en meilleure santé physique et intellectuelle à 80 ans (les autres seront peut-être même tout simplement déjà décédés…).

Une leçon vieille comme le monde, comme le rappelle Robert Waldinger, actuel responsable de cette étude, lors d’une conférence TED :

A voir ici, si vous souhaitez les sous-titres en français.

Une belle vie est construite avec de belles relations.
Robert Waldinger

Traductions et Formations

Comme vous le savez, l’Hypnose Humaniste est en pleine expansion, dans de nombreux pays – or, les livres dans ce domaine n’existent pour l’instant qu’en français (et certains langues comme le tchèque, vietnamien, etc.).

Voici donc une proposition « gagnant-gagnant » pour des personnes natives d’autres pays : un échange Traduction / Formation !

traductionCela vous permettra de vous former et, nous, d’accélérer l’accès aux livres sur l’Hypnose Humaniste dans les pays qui les réclament en ce moment.
Pour cela, j’ai fait réaliser des devis de traduction auprès d’agences spécialisées. Je connais donc l’équivalence de prix entre la traduction d’un livre et le coût de nos formations en Hypnose à l’IFHE, à Paris.

Envoyez-moi votre proposition (secrétariat IFHE), sachant que cette offre ne s’adresse qu’à des personnes qui connaissent la langue à traduire nativement (et le français en langue secondaire) et les formations sont celles de l’IFHE en France.

Les livres à traduire en priorité sont :

  • Hypnose Humaniste (éditions Courrier du Livre)
  • Psychothérapie (IFHE Editions)
  • Auto-hypnose pour les débutants (IFHE Editions)

En secondaire :

  • Les poches : poids, tabac, confiance, transgénérationnel
  • Les romans : Créateurs de Réalité 1, 2, Hypnose le Voyage.
  • Hypnose Humaniste (IFHE Editions)
  • Miracles Quotidiens (IFHE Editions)

Les langues prioritaires sont : anglais, espagnol.
En langues secondaires : russe, arabe, chinois.
Et ensuite : allemand, italien, portugais…

L’échange concerne toutes les formations possibles à l’IFHE, selon l’équivalence de prix « Traduction-Formation ». Demandez-moi pour plus de détails. De même, je serai à vos côtés pour vous aider dans la traduction (compréhension, termes, etc.) et ce sera avec plaisir que je ferai votre connaissance par la suite en formation !

Si le domaine vous plait, pensez également que le fait d’avoir traduit des livres spécialisés vous placera par la suite aux yeux des gens comme « expert » en ce domaine… Donc, si vous souhaitez ensuite vous diriger vers l’enseignement de l’Hypnose Humaniste, ce sera un avantage non-négligeable !

Les livres seront ensuite disponibles au format électronique (PDF, eBook) afin d’être les plus économiques possible et de permettre ainsi aux personnes qui ont peu de moyens de découvrir cette approche…

Faites passer le message ! :)
Merci ! Thank you! Muchas gracias! Спасибо! 谢谢大家!!شكرا لك

HypnoMagie !

L’HypnoMagie est une nouvelle pratique qui allie l’Hypnose thérapeutique aux techniques des magiciens, spécialement ceux qui pratiquent la « magie rapprochée » (close-up).

En soi, l’HypnoMagie est une forme de thérapie ou de coaching comme tant d’autres. Elle ressemble à l’Hypnose thérapeutique habituelle et s’adresse aux mêmes personnes, pour les mêmes indications… Sa différence est bien évidemment dans l’utilisation de la prestidigitation qui va permettre à l’hypnomagicien de « rendre réelles » pour la personne les différentes étapes de sa séance, y compris son résultat.

HypnomagieL’Hypnose est une clé d’accès à votre esprit profond, un mode d’emploi de votre cerveau, de votre psyché et de vos émotions.

La Magie est un art : celui d’étonner et d’enchanter en créant l’illusion du merveilleux.

L’Hypnose ouvre les portes à la magie qui est en vous, tout comme la magie ouvre les portes de vos émotions.

Les deux pratiques nous font rêver, elles nous transportent dans un univers où tout devient possible, où les mots et les idées deviennent réalité.

Les recherches actuelles dans l’univers des neurosciences montrent bien l’importance des émotions dans nos facultés d’apprentissage et de développement personnel et professionnel. Lorsque nous vivons et ressentons une émotion, l’expérience à laquelle elle se rattache se grave profondément en nous.

On apprend et on mémorise bien plus facilement grâce aux émotions !
L’Hypnose fonctionne justement grâce à ce carburant unique : l’émotion.
Et la Magie, bien évidemment, génère de l’émotion, elle fait vivre quasi physiquement à la personne une expérience profonde. Elle peut devenir pour la personne la métaphore d’enseignements importants pour sa vie.

Voilà en quoi les deux pratiques se complètent.

COMMENT FONCTIONNE L’HYPNOMAGIE ?

Les hypnothérapeutes (classiques ou éricksoniens) bâtissent leurs séances avec l’aide de suggestions hypnotiques et de métaphores, lesquelles contiennent les structures thérapeutiques ou de changement.

En HypnoMagie, la technique de prestidigitation (simple et accessible aux débutants) permet, entre autres choses, de concrétiser les suggestions hypnotiques habituelles : au lieu de belles paroles, la personne va pouvoir constater visiblement chaque étape de sa séance, jusqu’à sa réussite finale ! La Magie offre une forme de suggestion concrète ou de métaphore thérapeutique vécue (et non pas simplement entendue).

Par exemple, la personne est guidée en hypnose dans un protocole en trois points qui permet d’activer une recherche et mise en place de solution au niveau inconscient. Ce protocole est simple et fonctionne très bien, mais comme le travail se fait au niveau non-conscient, personne ne peut savoir s’il se passe vraiment quelque chose de profond. La personne doit faire confiance à son hypnothérapeute et attendre quelques jours pour constater dans sa vie le résultat de la séance d’hypnose…

magieEn HypnoMagie, la personne est guidée dans une métaphore de la vie et, à chaque étape de la technique de soin, elle pioche deux cartes (ou des petits papiers numérotés) au hasard. C’est elle qui tient le paquet de cartes (ou papiers) depuis le début, l’hypnomagicien la guide mais ne touche à rien. Tout se fait donc dans les mains de la personne…
A mi-parcours, la personne aura pressenti son « nombre de vie », qui lui est personnel et qui découle de la métaphore qu’elle sera en train de vivre (si on faisait vivre cette expérience à un groupe, chacun aurait un nombre différent).

Au final, on découvre que les cartes (ou petits papiers) de chaque étape ont la même valeur que le « nombre de vie » de la personne – et, vu les mélanges, réalisés par la personne elle-même, sans que l’on ne touche jamais à rien : c’est impossible !
Et pourtant !… …Un heureux présage, sans doute :)

L’Hypnose apporte un contexte au « tour de magie », elle le rend utile. Et la Magie apporte à l’hypnothérapie son émerveillement, sa « preuve concrète » !

Autre exemple : une personne désire arrêter de fumer. En début de séance, l’hypnomagicien lui montre qu’elle « attire » littéralement le tabac : le tabac d’une cigarette écrasée se colle à ses doigts ! Après la séance habituelle d’hypnose, la personne constate à sa grande surprise qu’elle n’attire désormais plus le tabac : lorsqu’elle approche sa main des petites fibres de cigarette déposées sur la table, il ne se passe plus rien !… Effectivement, quelques jours plus tard, la personne confirme que depuis sa séance elle n’a même jamais eu l’envie d’une cigarette. Elle a arrêté du premier coup. Mais, elle savait que ça marcherait : elle l’avait « vu » après la séance d’hypnose.

On pourrait réaliser la même séance avec de la poussière, qui symboliserait les ennuis de la vie. La personne « attirerait les soucis » avant la séance d’hypnose et plus après…

Un dernier exemple : un petit objet qui symbolise le problème de la personne est enfermé dans une petite boite, tenue par la personne. Celle-ci pratique ensuite en hypnose une « thérapie symbolique » sur le symbole psychologique de son souci.
Au final, non seulement le symbole est transformé intérieurement… mais cela se voit dans le monde réel, car l’objet lui-même a changé dans la boite !… Et même le papier sur lequel était noté au début de la rencontre le souci de la personne s’est métamorphosé !

L’expérience d’HypnoMagie est donc simple et très étonnante pour la personne ! Elle marque sa mémoire et ses émotions et le tout rend la séance d’hypnose qui vient d’être vécue plus « réelle » : elle s’inscrit dans la vie concrète.

DES EFFETS MAGIQUES METAPHORIQUES

En HypnoMagie, on pratique surtout des séances complètes d’accompagnement hypnotique, pour traiter les mêmes choses qu’en Hypnothérapie conventionnelle, que ce soit à la manière de l’Hypnose Ericksonienne ou même en Hypnose Humaniste.
Dans les séances longues d’HypnoMagie, la technique de soin est cachée dans le processus magique, comme on le fait souvent en Hypnose Ericksonienne avec les métaphores verbales : un conte thérapeutique vécu dans la réalité !

Toutefois, en tant que débutant, vous apprendrez d’abord quelque tours simples, la plupart sans manipulation, qui vous serviront d’illustration, d’explication pour la personne.

Par exemple, une rapide expérience vous permettra de montrer à la personne que ce qu’elle voit n’est peut-être pas la réalité. Une démonstration vaut mieux qu’un long discours ! Elle se méfiera ensuite de ses a priori.
Vous pourrez aussi vérifier avec la personne à quel point vous êtes « en synchro », en lui montrant que cette qualité de relation, en plus d’être agréable, produit d’heureux hasards : les fameuses synchronicités.

Vous trouverez le sommaire du livre « HypnoMagie » sur le site des Éditions IFHE, avec la liste des effets magiques simples et des « hypnoroutines » complètes (terme technique désignant un tour de magie dans son ensemble, avec le protocole de soin hypnotique et la métaphore qui lui donne un sens).

Par exemple, entre autres effets métaphoriques, vous apprendrez dans ce livre :

  • « Carré magique » : comme on le fait au début de toute rencontre thérapeutique, vous aidez une personne à explorer sa situation. Il s’agit de clarifier son objectif. Ici, un ensemble de cartes (ou de petits papiers) va représenter les différentes facettes, positives et négatives, de la situation de la personne, mais une seule carte symbolise sa réussite, l’objectif qu’elle souhaite atteindre.
    Alors que la personne aura elle-même éliminé chaque carte au fur et à mesure de la discussion, une par une et sans les voir… la seule carte qui restera à la fin, oh surprise, sera précisément celle qui montre son prochain succès !
    .
  • « Le mélange chinois » : pour illustrer votre explication des mécanismes de l’Inconscient, la personne vous confie une carte qui représente ce qu’elle espère (re)trouver ou mettre en place en elle durant votre séance d’hypnose. Sa carte est alors irrémédiablement perdue dans le jeu par de multiples mélanges : « à la française », « à la suisse », « à la corse », « à l’américaine », « à la chinoise », etc. Les cartes sont même toutes sens dessus dessous (à l’envers et à l’endroit)…
    Enfin, lorsque la personne fait appel à son Inconscient, sans un geste, tout le jeu se retrouve dans le bon sens, dans ses mains… sauf une carte, seule retournée bien en évidence : la belle carte-ressource de la personne !
    .
  • « Comme par magie » : ici, il s’agit de montrer à la personne, par un petit sketch, que parfois la volonté brute ne sert à rien et qu’il faut aussi savoir faire confiance à son intuition et à sa nature profonde. Comme souvent en magie, une carte est perdue dans un jeu et l’hypnomagicien va la retrouver… mais ses efforts, bien qu’impressionnants et bruyants, restent vains !!…
    L’hypnomagicien finit alors par comprendre qu’en optant pour la douceur et un brin de visualisation, par l’intention profonde plutôt que la force de volonté, et sans même un geste, la carte de la personne réapparaît « comme par magie » !…

Ces petits effets magiques sont rapides et servent au début de la rencontre thérapeutique (ou de coaching) pour illustrer un point ou un autre. Ils préparent les séances complètes qui sont le cœur de l’HypnoMagie.

DES SÉANCES COMPLÈTES D’HYPNOMAGIE

magie-2Le livre « HypnoMagie » vous offre une dizaine d’hypnoroutines (protocoles de soin mis en magie) pour toutes sortes de situations : arrêt du tabac, perte de poids, confiance en soi, traitement de petits et gros soucis, etc. Voyez la liste des techniques utilisées dans le sommaire du livre « HypnoMagie ».

Parfois, la Magie ne sert qu’à montrer à la personne que sa séance a bien fonctionné – ce qui est déjà considérable. Mais, souvent, le protocole de soin et le « tour de magie » sont intriqués tout au long de l’intervention. Une métaphore permet à la personne de découvrir ou de prendre conscience des différents aspects de son problème ou des mécanismes cachés de la vie, qui lui serviront à améliorer sa vie.

Une importante annexe, en fin de livre, vous donne les bases de la symbolique des chiffres (rien à voir avec la numérologie !) ainsi que des profils psychologiques principaux. Tout cela vous servira à construire ou renforcer vos métaphores et à jouer avec les symboles d’un jeu de cartes, par exemple.

Alors, voici quelques protocoles, parmi ceux que vous pourrez apprendre :

  • « Trinity Brain » : il s’agit d’aider une personne à acquérir de nouvelles ressources, à développer de nouvelles compétences ou à dépasser ses limites. La métaphore se basera sur la théorie du cerveau triunique, de MacLean : on représentera le cerveau de la personne en quelques tas de cartes, pour figurer les strates apparues au cours de l’évolution : reptilien, limbique et néocortex. Ensuite, des cartes représentant les choses inutiles ou gênantes pour la personne seront « perdues » au milieu de ces strates.
    Bien sûr, grâce à l’hypnose et à la magie, ses cartes vont se transformer en de nouvelles compétences, talents et apprentissages !
    .
  • « Un gravier dans la chaussure » : cette hypnoroutine permet d’objectiver, de «rendre visible » le travail de Thérapie Symbolique, tel qu’on le fait en Hypnose Humaniste. Un gravier symbolisera le souci de la personne. On l’enferme dans une petite boite d’allumettes, vide. Par ailleurs, le souci de la personne est inscrit sur un morceau de papier. Le tout est tenu par la personne pendant sa séance d’hypnose.
    A l’issue de la Thérapie Symbolique, la personne rouvre la boite : il n’y a plus de gravier à l’intérieur, mais une allumette, qui symbolise sa capacité retrouvée à « rallumer sa flamme intérieure »… Après réflexion, l’hypnomagicien propose de se servir de l’allumette : il l’allume et l’approche du papier, ce qui fait disparaitre d’un coup et « à vue » le souci de la personne !!… Mais ce n’est pas fini : un joli smiley se met à apparaître graduellement et toujours « à vue », au grand plaisir de la personne.
    .
  • « Respirez ! L’âme agit ! » Alors que l’hypnomagicien résume à la personne les différents soucis qu’elle a vécu dans l’existence, il explique qu’à chaque malheur elle a perdu des petits bouts d’elle… Pour illustrer son propos, pour chaque expérience malheureuse, il déchire un morceau d’une serviette en papier et pose les lambeaux en vue… Au final, l’hypnomagicien froisse tous les morceaux ensemble pour montrer à la personne que, malgré tout cela, elle a quand même réussi à trouver une unité. La boulette de papiers déchirés est aussitôt donnée à la personne, qui la garde contre elle pendant la séance d’hypnose…
    Après le protocole de reconstruction thérapeutique, l’hypnomagicien félicite la personne qui a réussi à retrouver son intégrité émotionnelle. Il conclut en expliquant que la vie consiste peut-être à se découvrir soi-même, à « déplier son âme » comme une carte au trésor, un chemin qui mène à soi-même… La personne déplie alors la boulette de papier : la serviette s’est miraculeusement reconstituée !!!
    .
  • « Inception » : la personne est guidée en hypnose dans une expérience de futurisation. Il s’agit de l’aider à explorer les possibilités qu’envisage son esprit Inconscient pour son avenir (comme une régression, mais vers l’avenir)… Comme on ne sait jamais en psychologie si l’on invente ou si on a affaire à la réalité, l’hypnomagicien propose à la personne de faire comme dans le film « Inception » : modifier quelque chose dans son rêve d’avenir… et si cette modification se retrouve dans la réalité présente, en germe, elle saura qu’elle a bien perçu son futur réel.
    L’hypnomagicien demande à la personne en état d’hypnose de prendre un jeu de cartes (imaginaire, donc) et de choisir une carte dans ce jeu, puis de la retourner. La personne ne fait que penser et ne donne bien sûr jamais le nom de sa carte. L’hypnomagicien donne aussi un jeu de cartes réel à la personne, qu’elle tient contre elle tout au long de l’expérience.
    Lorsque la personne sort de sa transe hypnotique et qu’elle ouvre le jeu de cartes qu’elle tient en main, une carte est réellement inversée dans le jeu : sa carte !!!

Il va sans dire que l’impact émotionnel de telles techniques est énorme.

~oOo~

Votre réputation d’hypnomagicien vous précèdera souvent et il arrivera régulièrement que l’on vous demande une démonstration d’HypnoMagie hors de tout contexte thérapeutique. Pour cela, nous avons inclus dans le livre « HypnoMagie » plusieurs effets simples et rapides, qui n’entrent pas dans la vie intime de la personne et que vous pourrez réaliser en soirée, par exemple. De même, l’annexe symbolique, qui s’appuie sur les bases de la psychologie, vous permettra des effets de mentalisme sympathiques et utiles.
En voici un :

  • « Pur mentalisme » : comme son titre l’indique, vous n’aurez besoin que de votre tête. Il suffit que la personne que vous accompagnez ait son téléphone pour réaliser une opération simple (avec la calculatrice).
    Vous expliquez donc que beaucoup de gens aiment « mieux se connaître » – ce que vous allez aider la personne à faire. Celle-ci va réaliser librement une rapide opération sur sa calculatrice qui va la laisser avec 3 chiffres, déterminés par le hasard (elle a choisi elle-même les chiffres qu’elle a tapés). Elle peut les montrer à ses amis pour qu’ils participent à la suite…
    Vous expliquez ensuite que chaque chiffre parle de la personne et que même la position du chiffre est importante. Au fur et à mesure, vous décrivez son profil psychologique et vous concluez par le chiffre qui, « forcément », la représente !
    Ainsi, sans que vous n’ayez touché ou même approché la calculatrice, non seulement vous parlez avec justesse de la personne, mais vous indiquez à chaque fois le chiffre affiché sur la calculatrice !!… « Bien sûr, expliquez-vous, il y a ici un peu de Magie, mais il faut aussi et surtout bien comprendre la personne… Ce sont des bases psychologiques, que vous pourrez approfondir si le sujet vous intéresse. »

On ne veut pas ici jouer à « madame Irma » mais donner le goût à la personne de mieux se connaître. Les traits psychologiques et les symboles décrits seront réels et, s’ils ne s’adaptent pas forcément parfaitement à la personne, du moins cela lui donnera un aperçu de ce qu’elle pourrait découvrir par elle-même en travaillant sur elle.

magie-3Voilà pour ce rapide aperçu de ce qu’est l’HypnoMagie.
Le livre vous présente plus d’une quinzaine d’hypnoroutines destinées aux personnes qui débutent en Hypnose comme en Magie. Si vous connaissez les protocoles professionnels d’Hypnothérapie, vous pourrez facilement les appliquer en HypnoMagie… Et si vous êtes déjà un peu (ou beaucoup !) magicien, alors vous pourrez enrichir les hypnoroutines avec des manipulations, même simples, que nous n’aborderons qu’en formation et dans le prochain volume du livre « HypnoMagie« .

L’HYPNOMAGIE est une belle manière d’aider en s’amusant, d’apporter du merveilleux à la thérapie ou au coaching.

La Magie est un domaine bien particulier, car il est intimement lié à la créativité – laquelle est probablement infinie ! Il est donc impossible de faire le tour de ce qui existe dans ce domaine : vous n’auriez pas assez de toute votre vie pour découvrir juste les bons tours de magie qui existent déjà… et de nouveaux sont inventés chaque jour !
L’Hypnose, quant à elle, est faite d’un ensemble déterminé de techniques. Mais c’est dans son application qu’elle dévoile sa richesse, car aucune séance thérapeutique ne ressemble à une autre !…

Hypnose et Magie sont des arts éphémères, car elles ne laissent pas de traces matérielles, concrètes : seulement une émotion, un souvenir.
Curieusement, c’est pourtant ce que nous possédons de plus important dans la vie. Nos souvenirs, nos pensées et nos émotions nous font.

Alors, nous ne pouvons que vous encourager à vous lancer : entrez dans la magie ! Laissez-vous porter par votre imagination et votre intuition pour faire naître de merveilleuses expériences de changement et d’évolution personnelle pour les personnes que la vie vous offrira de rencontrer.

magie-4

Validité des études scientifiques

“Une bonne partie de la littérature scientifique, peut-être la moitié, est sans doute tout simplement fausse. » Dr Richard Horton, éditeur en chef du fameux magazine médical de référence The Lancet, à propos de la science biomédicale (vol.385 du 11 avril 2015).

Non !! Ah bon ? 😉

– http://rhubarbe.net/2015/06/29/la-moitie-des-etudes-biomedicales-seraient-fausses
(The Lancet)

Il suffit de prendre un livre de psychologie universitaire, déjà, et de s’amuser à vérifier les références données dans les articles (les noms suivis d’une date)… Tout cela fait très sérieux, mais quand vous constatez le genre d’expériences qui sert de « preuve » à certains articles, et les compétences des personnes qui réalisent ces expériences qui servent ensuite de référence… vous jetez tout et vous allez pratiquer par vous-même ! 😀

Et dans un autre domaine, un peu de lecture complémentaire : http://www.collective-evolution.com/2015/05/11/one-of-the-most-important-scientists-in-the-world

Tout le monde doit savoir que la plupart des recherches sur le cancer est en grande partie une fraude, et que les grands organismes de recherche sur le cancer ont manqué à leurs obligations envers les personnes qui les soutiennent.
Linus Pauling, deux fois Prix Nobel de Chimie