« L’Hypnose fait et défait les symptômes »…

…disait Charcot, du temps de la Salpêtrière. Pour illustrer cela, il créait par suggestion des verrues chez une personne (qu’il faisait partir ensuite !).

Cela m’est arrivé de montrer ce phénomène à mes étudiants, sur moi : en pointant un endroit, sur ma main… Une petite verrue y apparut le lendemain (par contre, il me fallut 8 jours pour la faire partir !).

Voici l’illustration de la puissance de l’esprit sur le corps, tel que décrit par Léon Chertok, célèbre continuateur de l’Hypnose durant sa période creuse en France (1970-1990), avant l’arrivée de l’Hypnose Ericksonienne, puis de la Nouvelle Hypnose.

Léon Chertok parle de cette expérience dans son livre « L’Hypnose » (éditions Payot). Cela nous montre bien que le corps suit l’esprit, depuis toujours, à notre conception, lorsque tout va bien… et puis ensuite, en cas de soucis, lorsque la maladie apparaît (quand elle n’est bien sûr pas provoquée par la pollution, malbouffe ou autre)…

Ce que l’esprit fait, il peut le défaire… Comme on le dit à juste titre en hypnose, et comme il est rappelé dans ce documentaire : « En hypnose, il ne s’agit pas de voir pour croire, mais de croire pour voir ! »

Bernheim appelait cela, la « crédivité ». Ce mot n’est pas resté dans le dictionnaire. Il décrivait la capacité d’une personne à croire en quelque chose qui lui ferait du bien, même sans bases logiques…

Et vous, à quoi voulez-vous croire ? 🙂

La collaboration, loi oubliée de Darwin

« Tout le monde lutte pour sa propre survie, et c’est toujours le plus fort et le plus égoïste qui s’en sort le mieux ».

Cette idée reçue inculquée dès l’école, cette loi de la jungle, n’explique pas tout. Longtemps, on a présenté la compétition comme un phénomène inhérent au vivant. Désormais, explique le biologiste Pablo Servigne, la science montre au contraire l’importance de l’entraide chez les plantes, les animaux… et les hommes.

L’exemple traditionnel est celui des chasseurs préhistoriques, qui ne seraient jamais allé combattre seuls un mammouth ! Si nos ancêtres ont survécu, c’est avant tout car ils ont su travailler ensemble.

Dans le livre qu’il a coécrit avec Gauthier Chapelle, « L’Entraide. L’autre loi de la jungle » (éditions Les Liens qui Libèrent), Pablo Servigne montre comment la biologie du XXe siècle, encouragée par les industriels et dirigeants, a délibérément surévalué les comportements de compétition dans la nature, en minimisant l’importance de la coopération. Une manière discrète mais efficace de « diviser pour mieux régner » 😉

La théorie de Darwin fut «l’une des plus violemment combattues par ses adversaires et l’une des plus constamment trahies par ses partisans. Dès sa publication, l’Origine des espèces a été lue à travers des prismes déformants», soulignait Patrick Tort dans une interview à Libération.
Le principal fut Herbert Spencer (1820-1903), l’inventeur du «darwinisme social», une idée rejetée par Charles Darwin. Elle déforme sa pensée, en écartant tout ce qu’il dit sur la « coopération» dans la nature et en ne retenant que la « compétition », explique Guillaume Lecointre. Surtout, elle « fait sortir la sélection naturelle de son domaine de légitimité », un crime épistémologique très utile aux idéologues du capitalisme, qui permet de rejeter sur les exploités de l’industrie naissante la responsabilité de leur sort.

Alors, tous égoïstes ? Non, bien au contraire ! Il suffit de voir les réactions spontanées des gens lors d’une catastrophe naturelle ou d’un attentat : l’entraide est naturelle et immédiate (et les rumeurs d’agressions durant les ouragans récents, dans les îles, se sont révélées être des fakes, des cas isolés ou de fausses rumeurs).
Les découvertes de cette nouvelle sociobiologie ont des implications majeures pour le futur de nos sociétés…

Si une tribu compte beaucoup de membres qui sont toujours prêts à s’entraider et à se sacrifier au bien commun, elle doit évidemment l’emporter sur la plupart des autres tribus. Ceci constitue aussi un cas de sélection naturelle.

Charles Darwin (La descendance de l’homme, chap.5, 1881)

 

Pour conclure, voici une vidéo de l’équipe de « Et tout le monde s’en fout ! » :

De manière « épique et poétique », cela peut aussi être dit et vu ainsi :

A lire aussi :
Darwin, l’économiste ? (à propos de la collaboration en entreprise)

Déterminer vos objectifs de vie

Bien souvent, en consultation, il est nécessaire de commencer par établir des objectifs concrets avec la personne : quand les bases psychologiques sont relativement saines, le simple fait de « savoir où l’on va » peut suffire à débloquer une situation !

Bien sûr, si l’anamnèse met à jour des blessures émotionnelles, on commencera par s’en occuper… Mais la base restera la même : d’abord savoir où  l’on va !

Cette vidéo présente les premières notions avec humour : le 1er point (sur 7) de la Détermination d’Objectif, telle que pratiquée en début de rencontre…

Il ne suffit pas de comprendre ou de se dire « Oui, c’est ça ! » Il faut en faire quelque chose ensuite : bouger ! Faire ce qu’il faut.

Illustration, avec nos Flying Frenchies, à transposer dans votre vie :

A vous de jouer 🙂

Une de mes citations, utilisée pour la promotion des Pompiers de Paris

Une de mes citations, utilisée pour la promotion des Pompiers de Paris

Faire de votre Critique intérieur… un partenaire !

Sympathique petit film d’animation, qui aide à comprendre comment transformer son Critique intérieur (l’archétype qui regroupe nos apprentissages négatifs de mésestime, de rabaissement, etc. La petite voix critique qui vous dit que « vous n’y arriverez jamais ! »)… en une présence aidante, telle qu’on le fait en Thérapie Symbolique Avancée (TSA, Patricia d’Angeli), en Hypnose Humaniste :

L’illusion de la main en caoutchouc

On en parle parfois en formation, voici quelques liens pour en apprendre plus sur cette curiosité : on masque une main de la personne et on place devant elle une simili-main (en caoutchouc ou autre matière, peu importe que ce soit réaliste ou non).
Ensuite, il suffit de stimuler la fausse main et la vraie main en même temps, devant la personne qui ne voit que la fausse main. Elle commencera alors à ressentir le toucher sur la seule main qu’elle voit : la fausse !

Tout se passe comme si la conscience de la personne se projetait dans la main visible, qu’elle soit sienne (votre main à vous) ou un artefact (une main en caoutchouc) !
C’est la « proprioception ».

Une impression visuelle de ce phénomène peut être vécu dans le noir absolu (en spéléologie, par exemple, les moniteurs font souvent vivre cela aux débutants) : il suffit de bouger son bras devant ses yeux, dans le noir donc, pour « voir » un brouillard grisâtre se déplacer devant nos yeux !

Un phénomène curieux est que le système immunitaire de la personne se désactive dans son « vrai bras », tant qu’elle se ressent plutôt dans le bras de caoutchouc ! Autrement dit, c’est votre conscience d’être « en vous » qui maintient vos systèmes de survie. Étonnant, non ?

Cela explique aussi pourquoi il ne faut pas faire d’anesthésie hypnotique à une personne amputée et qui va recevoir une prothèse : l’anesthésie couperait la perception du corps et il serait ensuite très difficile pour elle de s’approprier la prothèse… Donc, pas d’anesthésie du « membre fantôme » si cette partie du corps peut recevoir une prothèse, car avec la rééducation, la conscience se projettera dans la prothèse (comme dans la main en caoutchouc) et les douleurs cesseront.

Le chercheur Henrik Ehrsson va encore plus loin en reproduisant cette expérience avec tout le corps ! Il suffit de mettre des lunettes de réalité virtuelle à la personne (en mode caméra simple) afin qu’elle « voit » non pas de ses propres yeux, mais du point de vue d’un mannequin… Et en reproduisant le même protocole qu’avec la main toute seule, la personne commence à sentir… le mannequin ! Et plus son corps réel !!! Sa conscience s’est « projetée » dans le mannequin !

Lisez l’expérience d’une journaliste du journal « Libération ».

Bien sûr, il s’agit d’un effet psychologique : si la personne réelle mourrait, sa conscience ne resterait pas dans le mannequin, si c’est ce que vous aviez imaginé ! 😉
Mais c’est tout de même un phénomène incroyable, qui vous montre comment votre conscience s’approprie votre corps (ou autre chose qui lui serve d’habitacle !).

C’est cette conscience qui est « augmentée », au-delà de votre corps, durant l’induction hypnotique humaniste. Vous y apprenez à être sensible à « plus que vous », à votre environnement… Le Lieutenant-Colonel Albert de Rochas d’Aiglun, administrateur de l’Ecole Polytechnique à la fin du XIXème siècle et chercheur en divers domaines comme l’Hypnose, fut le premier à décrire cette « extériorisation de la sensibilité », comme il l’appelait. Sa méthode était malheureusement très longue et difficile (plusieurs heures d’induction hypnotique sur des sujets sensibles, en transe somnambulique).

L’Hypnose Humaniste permet à tout un chacun d’expérimenter ce phénomène, avec simplicité et rapidité, puis de s’en servir en thérapie ou en coaching.

 

L’infiniment grand… c’est vraiment grand !

Un des freins à la compréhension de la Conscience, c’est qu’entre autres caractéristiques, elle est « infinie » et, bien que l’on connaisse le sens de ce mot, il est souvent difficile de s’en faire ne serait-ce qu’une petite idée…

Voici deux vidéos pour aborder le sujet, d’abord en commençant par notre univers :

« L’infiniment petit », lui, n’est pas vraiment infini, puisqu’on sait où il s’arrête : à environ 10 puissance -35 mètres : un zéro suivi de 34 zéros… et d’un 1. C’est la « longueur de Planck« , très certainement la plus petite dimension possible au niveau physique, en l’état actuel de nos connaissances.
« L’infiniment petit » est donc en réalité beaucoup… beaucoup… beaucoup plus grand au dedans de nous, que l’univers ne l’est au dehors (eh oui ! même si 10 puissance +26 mètres est déjà vertigineux) ! A l’intérieur de vous, c’est 10x plus grand… et encore 10x… et 10x… et 10x plus grand encore… et 10x… 10x… 10x… encore 10x… et tout ça encore 10x plus grand… que tout l’univers connu !!! Oui oui… Dedans vous.

Incroyable, n’est-ce pas ? Après avoir vue l’immensité, sur la vidéo précédente, de se dire que c’est à ce point encore plus vaste à l’intérieur de nous !…
Et dites-vous qu’entre ces deux immensités, le point de liaison… c’est vous !!

Mais avant d’aller plus loin, regardez un peu de cette vidéo sur les très grands nombres, disons la première moitié et un bout de la fin… histoire d’être sûr de comprendre de quoi on parle :

Et une petite vidéo sur l’infini, pour conclure :

Un ensemble infini d’informations (comme la Conscience, en ce qui nous concerne) comprend donc tout ce qui est possible, sans aucune limite. Si quelque chose manquait, alors ce ne serait plus « infini »… Logique !

Pour reprendre les exemples de la vidéo ci-dessus avec le nombre univers PI (puisqu’il s’agit d’un nombre infini, qui contient donc tous les possibles) : si vous codez les nuances de couleurs en partant de 0=noir, 1=un peu moins noir, 2=un peu plus clair encore, etc. jusqu’à couvrir l’arc-en-ciel complet, vous pourriez retrouver quelque part dans un nombre infini (donc, par extension, dans la Conscience)… le codage de la photo prise au moment de votre naissance, ou de votre 6ème anniversaire, ou de votre mariage… ou bien encore de votre enterrement !

Eh oui, car l’infini… c’est infini !!… Et si cette suite de couleurs n’étaient pas dans un champ infini d’informations, alors ce ne serait plus un champ « infini » !

Prodigieux, non ? 😉

La Conscience, c’est cela, un ensemble *infini* : qui contient *tous les possibles*, qu’ils existent ou non dans la vie matérielle, concrète, ou juste dans votre imaginaire.

Pour vous détendre, allez donc visiter ce site : en faisant rouler la molette de votre souris, vous ferez défiler l’image à l’écran… histoire de prendre conscience (encore !) de l’espace qu’il y a entre les planètes de notre petit système solaire… Ensuite, vous pourrez regarder la dernière vidéo… et méditer sur tout cela 🙂

Direction l’éternité !

Un peu de philosophie…

Peut-être avez-vous déjà pensé à cela, si vous faites partie des gens qui cherchent à améliorer l’existence : la planète Terre existe depuis 4,5 milliards d’années… et elle a une espérance de vie de 9 milliards d’années ! Autrement dit, nous sommes à mi-parcours, avant que le soleil ne devienne si gros qu’il nous carbonise irrémédiablement !

Vu ce que l’Humanité a su faire comme progrès depuis qu’elle existe (pas beaucoup !) et le peu de temps qu’il nous reste pour faire mieux… Même si nous arrivons à faire évoluer les humains dans les millénaires à venir, tout cela finira brûlé.

Alors, il reste l’échappatoire de penser : « La vie se développe partout, cette évolution servira ailleurs »… Et c’est là qu’arrive la vidéo de cet article :

Maintenant que vous êtes bien démoralisé, conscient que tout finira dans un grand néant éternel… reste la question : « Pourquoi ? » ou sa variant « A quoi bon ? »

Et c’est là que l’on est content d’avoir la philosophie  de l’Hypnose Humaniste 🙂
Que nous dit-elle ? Que tout est « Conscience« , à la base… donc, un immense champ d’informations, quelque chose qui est comme une immense pensée, si on veut prendre une métaphore, « sans énergie ni masse », donc également « hors espace-temps » (hors du cône de lumière, pour les spécialistes)… et qui imprègne tout ce qui existe, puisqu’elle constitue l’Idée / la Forme / l’Information (tous ces mots ont la même racine) de tout ce qui est.

Deuxième élément de compréhension : il n’existe que 0,4% de matière concrète (cela monte à 4,9% si on compte les particules exotiques, donc créées en laboratoire, que l’on ne trouve pas dans la nature et qui n’existent que quelques millionièmes de seconde)… Donc, 0,4% de réelle matière, en comptant tout ce qui est solide, liquide, gazeux, etc.
En fait, pensez-vous que l’évolution va vers « davantage de matière » (et là, oui, ce serait une catastrophe qu’elle disparaisse)… ou « moins de matière » – dans le sens où elle s’affine et (re)devient énergie, puis information pure ?

Voilà, vous avez votre réponse : en fait, l’univers se « néantise » car il redevient Information ! Ce que l’on voit n’est pas un grand vide (sauf de matière) : c’est un champ d’informations qui retrouve son infinité ! 😀

Et que fait un champ lorsqu’il atteint cet état ? Il subit ce que l’on appelle un « pic de Dirac » : il prend une « valeur » infinie en 0 et se produit alors un brusque et violent sursaut, équivalent au larsen (lorsque vous approchez un micro d’une enceinte) !

Un nouveau Big Bang ? 😉

Je vous laisse méditer…

Les gestes de secours

Même si un hypnothérapeute ne reçoit que des personnes souffrant moralement, et non physiquement, il est toujours possible que quelqu’un fasse un malaise durant une consultation… Et pour savoir quoi faire à ce moment-là, il faut être formé !

Sans aller forcément jusqu’à avoir un défibrillateur chez soi (mais nous en avons un, à l’IFHE, par prudence), savoir maintenir une personne jusqu’à l’arrivée des secours est précieux, ne serait-ce que pour savoir que l’on a « tout fait », de notre mieux, dans cette situation d’urgence…

Une formation de niveau 1, à la Protection Civile, ne vous prendra qu’une journée. Comme moi, vous pouvez y amener vos enfants, amis ou collègues – y compris pour se remettre les gestes en mémoire, tous les 2-3 ans…

Vidéo choc, pour marquer les esprits. On préfère ne pas y penser, mais on se sent quand même mieux d’y être préparé !

Alimentation et bien-être psychologique

Nous parlons régulièrement de psychopathologie avec les groupes de formation en Hypnose, et plus particulièrement de la 3ème dimension à prendre en compte, selon le DSM (manuel diagnostic des troubles mentaux) : les causes physiques de type « médicaments et mal-bouffe »…

Par exemple : une jeune femme vient en consultation, envoyée par son médecin généraliste, car elle souffre de tendances pédophiles envers son bébé de quelques mois… Durant l’anamnèse (le recueil préliminaire d’informations), le thérapeute se rend compte que la jeune femme prendre des médicaments suite à une dépression due à la perte d’un premier enfant, trois années auparavant.
L’effet secondaire de ce médicament est… l’arrivée d’hallucinations !!

Aussitôt que son psychiatre modifia sa prescription, les compulsions pédophiles disparurent… sans qu’il ne soit besoin de soin psychologique, d’aucune sorte.

Dans la vidéo ci-dessous, on voit l’impact de la chimie ajoutée à la nourriture industrielle. Et pour quelle raison, toute cette chimie ? On peut faire d’excellentes recettes, qui se conservent, sans chimie : il en existe déjà !…
C’est édifiant et cela encourage à vérifier ce que l’on se met dans le corps !

Mens sana in corpore sano !