Coeurs d’étoiles

Un lecteur du magazine TIME a demandé à l’astrophysicien Neil DeGrasse Tyson : « Quel est le fait le plus étonnant que vous pouvez partager avec nous à propos de l’Univers ? » Voici sa réponse en vidéo.

(cliquez sur le petit rectangle blanc, sous la vidéo, si les sous-titres français ne s’affichent pas)

Si ce n’est pas Humaniste, ça !

J’explique souvent cela, dans les débuts de formation. On en parle, mais c’est formidable de l’avoir en vidéo, joliment mis en images et expliqué par un physicien 🙂

Visualiser le tissu de l’espace-temps

Voici une vidéo qui montre le « tissu » de l’espace-temps et le fonctionnement de la gravité :

Et vous devez bien vous demander quel rapport tout cela peut-il avoir avec l’Hypnose et le soin des personnes 🙂 Disons que ce serait un peu compliqué à résumer ici, mais cela a un rapport avec le fait d’être « Humaniste » !

L’Hypnose Humaniste est une des rares psychothérapie où l’on peut démontrer ce que l’on explique par des expériences scientifiques reproductibles. Depuis la Renaissance, les humanistes préfèrent croire à ce qu’ils peuvent prouver de faits, plutôt qu’à des « révélations » ou des « théories » personnelles…
Ainsi, les bases de l’HH se retrouvent en Physique et en Mathématiques (comme du temps de Pythagore !), plus qu’en Psychologie – qui vient tout de même ensuite, par exemple avec l’aspect symbolique de l’Analyse Jungienne, les archétypes, etc.

En résumé, les hypnothérapeutes Humanistes développent une « vision du monde » qui les aide à aider – mais ils gardent cette vision particulière pour eux : il ne s’agit pas de convaincre ou d’expliquer, mais de faire du coaching ou de la thérapie !

Ici, pour la vidéo de cet article, cela vous permet de mieux comprendre que l’espace et le temps forment un « tissu », réellement, donc quelque chose qui a une limite.
Au-delà de cette limite, formée naturellement par la lumière (limitée, comme vous le savez, en vitesse), on parle de « Ailleurs ». Tapez « cône de lumière » sur Google images pour voir à quoi ressemble ce cône de lumière.

Ce qui est dans le cône est notre monde matériel. Ce qui est hors du cône est fait de particules dites « virtuelles », dans le sens où elles existent (la gravité, par exemple, est due à une famille de ces particules, les « gravitons »)… mais on ne peut en observer que les effets : les particules elles-mêmes restent inobservables ! D’où leur nom de « virtuelles ».

L’Information pure, qui constitue la Conscience en Hypnose Humaniste (et d’après un certain nombre de physiciens de haut niveau) est également hors de ce cône – et l’information basse est celle qui nous constitue, dans le cône.

Vous voyez ce que l’on peut mieux comprendre, à partir d’une simple vidéo ? 😉

Êtes-vous dans PI ou le Nombre d’Or ?

piJe parlais en formation « Hypnose Humaniste » des nombres univers, comme le célèbre Pi (3,14159…). Il semblerait qu’il soit possible de trouver au sein de ces nombres hors du commun – aux dimensions titanesques et probablement infinies – l’intégralité de ce qui existe, comme votre nom (remis en chiffres), votre date de naissance, votre musique préférée, les passages cultes de votre film favori ou votre biographie complète !

Un ordinateur surpuissant permettrait de retrouver dans ces nombres infinis le codage numérique d’une symphonie, complète, ou celui de vos dernières photos de vacances !… Ce qui se comprend, puisqu’un tel « nombre univers » étant infini, il doit forcément contenir toutes les suites possibles de chiffres (sans quoi, il ne serait plus infini).

Ce qui est étonnant, aussi, c’est que de tels nombres existent (comme la racine carré de 2 ou le Nombre d’Or) et qu’on les connaisse… Ce sont comme de petits morceaux du code caché de la Vie !

A propos, « P.I. » est aussi l’abréviation de « Pure Information » : la Conscience ! 🙂

Alors, les sites internet sur Pi ne permettent pas de chercher dans tout le nombre Pi, mais seulement dans ses premiers millions de décimales (selon les sites).
Voici deux bons liens pour vous amuser :

Par exemple, ma date de naissance (12121970) apparait ici dans Pi :

431589418802974268561212197049582239707618997922
43158941880297426856^<– 29.982.748ème décimale

Si je chiffre mon nom (« Lockert ») en suivant la position des lettres de l’alphabet (A=1, B=2, C=3, etc.), cela donnera un nombre trop grand pour apparaître sur les sites internet (121531151820). Il serait bien dans Pi, mais trop loin pour les sites Internet.
Mais je peux réduire ce nombre en choisissant une base de 9 (A=1, B=2… I=9, J=1, K=2…). Je n’aurai pas les zéros, mais le nombre sera plus court, donc plus probable dans le début de Pi (donc accessible sur les sites internet). « Lockert » donnerait alors « 3632592 » et on le retrouve ici, dans Pi :

92210277138699037788363259251974629544606587857
92210277138699037788^ <– 25.759.113ème décimale

Le codage importe peu, puisque toutes les possibilités existent forcément dans un nombre infini (sinon, il ne serait plus « infini » !). Par exemple, si je prends plutôt une base de 10 (en comptant le zéro après le 9), « Lockert » donne alors « 2531580 » et il est ici dans Pi :

03536838600438538125253158074393775159737435661
03536838600438538125^ <– 18.724.862ème décimale

On pourrait chercher des choses plus longues : des phrases entières, etc. mais alors ce serait trop long pour les capacités actuelles d’Internet (du moins, la version publique).

Vous pouvez aussi jouer à vous découvrir dans cet autre « nombre univers » qu’est le Nombre d’Or, sur le même site, de la même manière : cochez « Phi » dans la case « Constant »… mais cette fois, la base de données ne fait « que » 500 millions de décimales ! (Donc, on a moins de chances d’être dedans)
Et voilà :

08624095039649141272363259227494583635437172509
08624095039649141272^ <– « Lockert » est à la 5.852.824ème décimale

Amusant de se retrouver dans le Nombre d’Or, non ? 😉

Ce qui donne le vertige, avec les « nombres univers », c’est que PI doit forcément contenir le Nombre d’Or (puisqu’il contient tout) et vice-versa…

C’est grand, l’infini !!!

La petite fille et le physicien

physicien-et-petite-filleUn physicien et une petite fille se retrouvent assis côte à côte dans un train.

Après un moment silencieux, rythmé par les cahots du train, le physicien se présente à la petite fille et lui dit :
Veux-tu que l’on parle un peu ensemble ? Il paraît que les voyages passent beaucoup plus vite lorsque l’on parle avec quelqu’un.
La petite fille le regarde, puis répond :
D’accord, de quoi voulez vous qu’on parle ?
L’ homme dit :
Eh bien, si on parlait de physique quantique ?
– Pourquoi pas, mais j’ai une question préalable.
– Dis-moi…
– Alors: une chèvre, une vache ou un cheval mangent tous la même chose, de l’ herbe… et pourtant la chèvre fait des petites crottes, la vache fait des bouses plates et le cheval de gros boulets verts, comment expliquez-vous cela ?

Le physicien, pantois, réfléchit un instant puis doit avouer :
Ma foi, je ne saurais l’expliquer…
Alors, sarcastique, la petite fille :
Eh ! Comment voulez-vous que l’on parle de physique quantique alors que vous ne maîtrisez même pas un petit problème de merde !!

🙂

Alors, pour information, puisque je vous parle souvent de physique quantique, je vais répondre à la question de la petite fille !

Bien sûr, chèvres, vaches ou chevaux mangent tous la même chose, mais leur taille, leur système de digestion et leur habitat sont différents.
– Chèvres et moutons, par exemple, se sont habitués à des conditions souvent arides. En tant que ruminants, leur intestin récupère le maximum de l’eau contenue dans l’herbe. Leurs déjections prennent ainsi plus facilement la forme que leur donne l’intestin : des petites boulettes assez sèches !
– Les chevaux fonctionnent presque de la même manière, à la différence que ce ne sont pas des ruminants et qu’ils n’ont qu’un petit estomac qui se « vidange » au fur et à mesure de la digestion. Le tout étant moins performant que chez les chèvres ou moutons, il reste de longues fibres qui forment les « crottins » que vous connaissez.
– Les vaches, quant à elles, sont les Rolls-Royce des ruminants, avec leur quatre estomacs et une capacité à absorber le maximum de la nourriture ingérée. Il ne reste donc plus grand chose à rejeter – et comme leur climat de vie ne les amène pas à garder toute l’eau, elles rejettent des « bouses » relativement liquides.

Voilà, vous pourrez montrer votre science aux amis… en plus de leur raconter les miracles de l’hypnose et les arcanes de notre esprit !
Bonne semaine 😉

Curiosité…

On me demande souvent : « Mais où avez-vous appris tout ça ? » « Dans quel livre peut-on apprendre cela ? » Etc. Les faits scientifiques qui renforcent ce que l’on dit en psychologie, les merveilles de notre cerveau ou de notre corps et, en général, toutes les petites anecdotes instructives et amusantes…

Alors, j’ai beaucoup lu, tout ce qui me tombait sous la main – et je lis encore beaucoup – mais depuis la « révolution internet », comme beaucoup d’entre vous (la preuve, vous êtes encore derrière votre écran !) je visite chaque jour un certain nombre de sites web – voire même un nombre certain ! – et j’ai de la mémoire !
Pour la mémoire, comme pour retenir les blagues, il suffit de savoir à l’avance que vous aurez à redonner l’information : cela met en fonction l’enregistrement !
Bien sûr, inutile d’y penser après coup : « ah, ça je pourrais le raconter ! » car une fois l’expérience vécue (lue, vue, entendue), ce n’est plus la peine d’enregistrer : c’est trop tard, c’est déjà passé !! Pour que votre mémoire enregistre, il faut vivre chaque instant en pensant qu’il peut se produire quelque chose d’utile que l’on pourra retransmettre 🙂

Voici donc quelques infos inutiles – donc indispensables – comme on les aime !
(source : dailygeekshow.com)

bébé protège mamanfer corps symbiose corps bactériesLe cerveau voit à l'envers

Vous voyez que certaines « infos » peuvent être sympa à connaître ! On pourrait écrire un petit article avec chacune d’elle… celle à propos de notre cerveau qui corrige tout ce que l’on perçoit, l’autre à propos du fait que nos cellules ne représentent que 10% de nous-même, etc. Tout cela peut rebondir sur beaucoup de choses importantes !

Par exemple, l’image suivante :

cancer défense naturelle

On s’imagine souvent le cancer comme une maladie terrible, implacable, un peu comme le virus Ebola, comme si le simple fait d’avoir une cellule cancéreuse en nous pouvait nous être fatal !… En réalité, il n’en est rien : les cellules cancéreuses sont « perverties », elles ne sont pas en bonne santé, elles fonctionnent mal. En somme, ce sont des erreurs… Le corps, comme tout « super ordinateur » en produit chaque jour – et il est naturellement conçu pour les éliminer. Cela rassure de savoir ça, car on devine alors que, forcément, si un cancer se développe (donc un amas de ces cellules défectueuses) c’est que « quelque chose ne va pas en nous »… Et donc, pas extension, que si on parvient à retrouver notre équilibre, physique autant que psychologique, alors le corps s’auto-guérira, comme il le fait chaque jour – sans besoin de rien d’autre. De quoi largement aider le traitement médical, si besoin !

Et comme toujours, mon habituel avertissement : « use your brain ! »
Ne consommez pas de l’info sans réfléchir. Gare aux « hoax », ces blagues et autres bêtises qui circulent sur le net. Quand quelque chose vous intrigue : vérifiez !

Un exemple, ici :

vitesse des nerfs

La vitesse des impulsions nerveuses à 273km/h précisément paraît quand même assez suspecte, non ? Quelque chose de fixe à ce point-là, dans le corps, cela paraît un peu curieux… Donc, vérification : neurones et système nerveux ! Consultez toujours plusieurs sites, bien sûr.
Donc, nous apprenons, après avoir trié les énormités que l’on croise ici et là (genre : « la vitesse de transmission des nerfs est égale à la vitesse de la lumière ! » 😀 Il faut oser écrire un truc pareil)… bref, nous apprenons donc que la vitesse de transmission nerveuse est fluctuante : de 1 à 100m/s ! (excusez du peu !)
Entre 3,6 km/h et 360km/h, cela laisse de la marge. Tablons plutôt sur une moyenne à 180km/h, en gardant en tête les extrêmes, et nous y verrons plus juste.

-oOo-

Quoi qu’il en soit, on apprend des choses, directement et indirectement.
Tenez : même en misant sur 180km/h de la tête aux pieds (car on vient d’apprendre grâce à nos vérifications qu’en plus la vitesse était moindre dans la partie inférieure du corps), il faudrait 0,035 seconde, donc 35 millièmes de seconde pour qu’une sensation aux bout des pieds d’une personne arrive jusqu’à son cerveau (pour quelqu’un d’1m75).

Donc, il y a un gros problème avec ce que l’on nous raconte à propos du fait que c’est notre cerveau qui nous informe de ce qui se passe « au-dehors » : car on a mesuré qu’une personne met environ 25 millièmes de seconde à ressentir (par exemple, si on lui touche la main). Donc, si je vous touche au bout du pied, même avec la plus grande vitesse des nerfs, vous allez ressentir alors même que l’information n’est pas encore arrivée à votre cerveau !!! Amusant, ça, non ?

On sait en plus, et ça c’est plus connu, que le cerveau a besoin d’en moyenne 0,5 seconde, donc 500 millièmes de seconde pour (ré)agir à quoi que ce soit (qu’il prenne une décision ou qu’il lui arrive quelque chose de l’extérieur)… avant même que vous n’en soyez conscient.

Cerveau-Libet

Et encore, si vous êtes rapide ! Car, si certains sportifs peuvent « descendre » à 200 millièmes de seconde de temps de réaction (0,2 seconde), pour certaines personnes, il faut 10x plus de temps !!!! Oui, vous avez bien lu : votre cerveau peut prendre une décision plus de 2 secondes avant que vous n’ayez l’impression de « décider » consciemment !

La preuve en image (enclenchez les sous-titres, si vous comprenez mal l’anglais) :

Cerveau-Libet-1

Cerveau-Libet-2

Ce qui pose un second un gros problème par rapport à ce que l’on nous a appris à l’école… Votre cerveau met 20x plus de temps que vous à se rendre compte de ce qui arrive !! Ce n’est donc pas lui qui perçoit le monde – c’est le « vous » (non-lié à la biologie, au physique) qui ressent en quelques millisecondes !

Ce « vous » n’est bien sûr pas la partie consciente, qui arrive toujours en retard (nous avons vu jusqu’à 2 secondes de décalage !)… Et si ce n’est même pas votre cerveau – ce que les psys appellent l’Inconscient… alors, qu’est-ce que c’est ?

Benjamin Libet, un neurophysicien qui a travaillé sur tout cela, vous donne un indice : on pourrait croire que si le cerveau décide 0,5 seconde avant nous de toutes les choses de notre vie, nous n’avons alors aucun libre-arbitre.
Pourtant, la simple observation montre le contraire : les humains n’ont de cesse de braver la routine de leur Inconscient, pour se mettre en danger, avoir de nouvelles sensations, apprendre et, éventuellement, s’améliorer.
On sait bien aussi que personne ne perçoit le monde avec une demi-seconde de décalage ! « Nous »… ou, du moins, « quelque chose » auquel nous nous identifions, perçoit tout en temps réel, bien avant la demi-seconde de délai du cerveau.
De plus, ce cerveau, lorsqu’on le voit se déclencher, par exemple sur le schéma ou dans la vidéo ci-dessus… qu’est-ce qui lui en a donné l’ordre ? 😉

Bon, l’indice de Benjamin Libet est tout aussi concret : si notre cerveau nous donnait « l’ordre » de manger ce délicieux morceau de chocolat (ou cette chips) qui nous fait de l’oeil… alors, nous devrions le manger à tous les coups !
Si nous étions vraiment des robots, nous goberions tout ce qui passe sans réfléchir. Pourtant, ce n’est pas (toujours) le cas !

« Quelque chose » est capable de stopper l’impulsion inconsciente, cérébrale : notre main se tend, et « nous » l’arrêtons… Ce « quelque chose » a un « droit de veto » sur le cerveau, comme le disent les neurophysiciens, et ce n’est pas une chose repérable dans le cerveau. Cela semble commander le cerveau, donc être au-delà.
C’est à cet « esprit au-delà des neurones » que Benjamin Libet a consacré le livre qui résume les découvertes de toute une vie de recherche… C’est la Conscience, telle qu’on la définit en Hypnose Humaniste.

-oOo-

Vous rendez-vous compte de ce que l’on peut atteindre, en partant de quelques images amusantes et instructives ? 😉

A vous de poursuivre le voyage… Et si vous croisez quoi que ce soit d’intéressant, en rapport avec la psychologie, le développement personnel, une meilleure compréhension du fonctionnement de la vie… bref, tout ce qui peut servir à vivre mieux et en bonne santé chaque jour de sa vie : pensez à moi, je suis curieux !

GAG !!

Je viens de découvrir qu’un des codons (les petits éléments de base) de notre ADN était : GAG !!!

RNA-codons

Vérification faite, cela correspond à l’acide glutamique (ou glutamate), le neurotransmetteur excitateur le plus important du système nerveux central !

Bref, je trouve amusant le fait que « GAG » soit un excitateur puissant, agissant sur le cerveau et la moelle épinière  🙂
(certains doivent en avoir davantage dans leur ADN !!)

Expansion matérielle…

En Hypnose Humaniste, on appelle « Expansion  » l’une des familles d’inductions hypnotiques, les techniques qui permettent d’emmener la personne en état modifié de conscience. On parle d’ailleurs d’état de conscience augmentée, en Hypnose Humaniste.

Bien sûr, ce que raconte l’hypnothérapeute s’adapte toujours à la personne, et on reste « terre à terre » ou plutôt fantaisiste, sensible ou intuitif, selon le caractère de chacun.

La vidéo suivante nous emmène dans une vaste « Expansion matérielle » : une induction hypnotique en ouverture, basée sur des faits concrets, observables.

La seule différence avec une vraie induction d’Hypnose Humaniste – mais elle est importante – c’est que la vidéo peut donner l’impression d’être seul, de « perdre pied », de quitter notre petite planète, qui semble toute petite au milieu d’un si vaste univers.
En Hypnose Humaniste, au contraire, on veille à toujours bien garder la connexion : on se sent relié à tout ça, tout cet espace, toute la vie. On se sent très vaste ou très grand. Cela ne fait pas du tout le même sensation (heureusement, sinon ça pourrait faire peur !).

Mettez la vidéo en grand écran et installez-vous confortablement :

C’est une belle vidéo, rare car elle fait allusion au « cône de lumière » (on le voit !) avec le passé, le futur, le point présent (celui de notre monde matériel, baryonique).
Ce que l’on appelle « ailleurs » est présupposé, partout autour (les particules virtuelles).

On voit même bien le globe de 13,75 milliards d’années-lumière, qui est la taille de l’univers connu… donc pas de l’univers « tout entier », dont on ignore la dimension. On ne connait que ce qui est « éclairé » (et cela grandit en permanence, année après année).

Alors, nul besoin d’aller aussi loin lorsque l’on fait une induction hypnotique Humaniste – on peut se contenter de se « sentir » en ouverture, tout en restant sur le plancher des vaches, tranquillement installé. Mais les plus aventureux goûteront le plaisir des grands espaces en poursuivant en esprit ce qu’initie cette belle vidéo.

homme-cosmique

La croyance matérialiste

Réenchanter la science (Rupert Sheldrake)

« Réenchanter la science« , le dernier livre du biologiste Rupert Sheldrake, que je cite souvent en formation et dans mes livres d’Hypnose Humaniste, est intéressant à plus d’un titre :
Sheldrake applique au matérialisme le « scepticisme » qui lui est cher (il retourne donc contre lui son outil principal). Et il reprend ainsi un par un les dogmes matérialistes de la science actuelle et nous en donne l’historique. On voit alors à quel point ces « principes » ne reposent sur… rien ! Juste des convictions d’une autre époque.

L’éminent philosophe des sciences Karl Popper avait l’habitude de parler de « matérialisme de promesse », car les personnes qui croient (car il s’agit de croyance) que le monde n’est que matériel, sans conscience, ni origine autre que le hasard et, bien sûr, sans aucun but ni même motivation – ces gens-là s’appuient sur des idées :
1/ qui n’ont jamais été prouvées par une expérience concrète, et
2/ qui ont souvent été dictées à l’origine par le pouvoir religieux (un comble !!!).

La science s’est ainsi posée sur des bases matérialistes en promettant qu’un jour elle prouverait ses dires (c’était au début du 19e siècle), puis que cela allait bientôt venir (début 20e siècle), puis que ces idées ne pouvaient qu’être les bonnes (1950) pour finir sur l’affirmation pure et simple que tout ce qui n’était pas matérialiste était supercherie, charlatanisme ou foutaise (fin 20e siècle) ! Alors que l’on attend toujours leurs « preuves » !

Aujourd’hui, à l’ère d’Internet, les découvertes de la physique quantique vieilles de plus d’un siècle sont de plus en plus difficiles à cacher (on les trouve partout sur le web).
Le matérialisme s’effondre de toutes parts, mais il freine encore le progrès scientifique, que ce soit dans les sciences « dures » (maths, physique, etc.) ou dans les sciences « douces » (biologie, médecine, psycho, thérapie, etc.).

Lorsqu’on possède les connaissances historiques et techniques (rappelées simplement par Rupert Sheldrake dans son livre), on se rend rapidement compte que les « illuminés » ne sont pas ceux que l’on croyait. Le matérialisme a de plus en plus de peine à prouver ses idées – ce qui enfreint une des règles de base de la recherche : le principe du rasoir d’Occam (« Les hypothèses suffisantes les plus simples sont les plus vraisemblables »).

Notre éducation nous a forgé une idée du monde qui se révèle inexacte. Dans ces conditions, comment penser librement, si nos bases de réflexions ont été mises en place, non pas « pour la vérité », mais pour la protection d’intérêts…

Exemple
Même un principe fondamental comme la « deuxième loi de la thermodynamique« , sur laquelle même la physique quantique s’appuie pourtant, et qui prédit (entre autre) que toute chose va vers le chaos (entropie)… même cette « loi » n’est pas si réelle que l’on croit.

Sans entrer dans les détails, que vous découvrirez dans le livre, prenez ce simple fait (puisque la science repose sur le doute, mettons en doute !) : comment se fait-il, si tout va soi-disant à vau-l’eau, que l’on observe exactement le contraire dans nos vies ?
Sur Terre, tout évolue, la nature évolue, l’Humanité évolue, la technologie évolue, etc. On constate même à grande échelle que l’univers est en expansion. Alors, on nous dit que « un jour, tout s’effondrera », mais cela fait presque 14 milliards d’années que tout fait l’inverse.
On nous parle de différence d’échelle, etc. Mais, la réalité, c’est que l’observation concrète ne colle pas avec la théorie…

Conclusion
Nous sommes manipulés, freinés et limités dans notre connaissance et compréhension du monde par « l’éducation » (sic!) que l’on nous donne. Tenez, même l’expression « aller à vau-l’eau« , qui signifiait simplement « suivre le fil de l’eau » jusqu’au milieu du 16e siècle, a pris le sens détourné de « aller à la catastrophe », « à sa perte ». Comme si le temps, inéluctablement, devait produire cet effet – ce qui est faux : on voit bien la vie évoluer !

Pour prendre la mesure de cette manipulation éducative, prenez le mot « anarchie » : il désigne à la base l’état d’un « système organisé sans domination unique à caractère coercitif« . C’est un « ordre social absolu« , grâce à l’entraide et à la conscience que chacun peut avoir des autres. Bref, un idéal – quasi une utopie… Par quel miracle cette belle idée est devenue synonyme de désordre ou de chaos ?? Comme toujours, cherchez du côté de ceux qu’une telle organisation populaire libre dérangerait : qui y perdrait ? 😀

-oOo-

Bref, voici une petite vidéo de Rupert Sheldrake, où il nous présente les bases de son analyse de l’un des dogmes matérialistes. Il y en a beaucoup plus dans le livre – et surtout clairement expliqué. Disons que c’est une introduction.

Anecdote amusante – et qui montre les « forces de résistance au changement » : cette simple vidéo a immédiatement été censurée et supprimée, dès sa mise en ligne !!!
Par qui ? Pour quoi ? Qui peut avoir autant de pouvoir pour obliger TED et Youtube à supprimer une vidéo somme toute assez anodine ?…

Toujours est-il que la censure a produit l’effet inverse : une levier de boucliers qui a généré un buzz sans précédent. TED n’a toujours pas remis la vidéo en ligne, mais les internautes s’en sont chargés et, comme d’habitude, elle « disparaît » souvent et quelqu’un d’autre la remet en ligne… Sauvegardez donc cette version, si vous souhaitez la conserver.

Premier éveil…

Vidéo d’une conférence TED que je trouve touchante car elle raconte le parcours atypique d’un jeune cadre dynamique à New York, Marc de la Ménardière, qui comprend que son rêve américain est en train de devenir le cauchemar de la planète.

Ne souhaitant plus faire partie du problème, mais plutôt de la solution, il quitte sa vie bien rangée pour rejoindre un ami d’enfance et commencer ensemble un film sur les acteurs du changement, autour du monde…

Un témoignage très « humaniste », y compris dans sa conclusion.

Quand on regarde l’histoire, on voit que la seule chose qui fait avancer les choses, ce sont les êtres humains, les gens ordinaires… Nous sommes ceux que nous attentions : n’attendons pas que cela vienne d’en-haut.

Coeur et Conscience

J’aime bien ce passage de « The Living Matrix » (ci-dessous), car on y voit une expérience qui démontre de manière simple l’aspect non-local (hors espace-temps) de notre Conscience.

En Hypnose Humaniste, la Conscience correspond au champ d’Information (« field ») qui coordonne et « réalise » (rend réel) tout ce qui existe – nous y compris, et donc notre pensée, notre esprit : ce que l’on appelle « moi ». Un fragment d’une immense conscience.

Sans entrer dans des détails techniques, l’Information est décrite en Physique comme étant « non-locale« , c’est-à-dire qu’elle n’a ni énergie, ni masse, et peut donc s’affranchir des limites de l’espace et du temps. La Conscience, nom donné à ce champ d’Information même par certains physiciens et chercheurs en neurologie (« La Conscience est la réalité ultime » disait Eugène Wigner, prix Nobel de Physique), a donc la possibilité d’être influencée par un événement passé ou futur, indifféremment.

L’expérience suivante nous montre que lorsque l’on mesure l’état cardiaque d’une personne, celle-ci est davantage en cohérence face à des images agréables, positives, que face à des images violentes, de danger, donc négatives.
Jusque-là, rien de forcément « extraordinaire »… si ce n’est que le cœur de la personne a, à chaque fois, réagit aux images AVANT que la personne ne les voit : avant même, d’ailleurs, que l’ordinateur lui-même ne les sélectionne de manière aléatoire !!!

A regarder à partir de 52m38 :

Amusant, non ? La Conscience de la personne (son « champ d’Information » personnel) baigne dans le champ collectif de Conscience – lequel n’est pas lié au temps, ni à l’espace. Cela permet à la Conscience de la personne de « saisir » ce qui va suivre – et, dans l’exemple de cette vidéo – de le retransmettre à la personne, en faisant ici réagir son cœur. En définitive, c’est l’ensemble corps-esprit qui est touché par « l’ambiance » (passé-présente-future) de l’existence.

Si le cœur vous en dit (justement !), prenez le temps de regarder le documentaire « The Living Matrix » en entier…