OGM…

Nouvel Observateur, le 20 septembre 2012 :

OGM-dangereuxC’est une véritable bombe que lance, ce 19 septembre à 15 heures, la très sérieuse revue américaine « Food and Chemical Toxicology » – une référence en matière de toxicologie alimentaire – en publiant les résultats de l’expérimentation menée par l’équipe du français Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l’université de Caen. Une bombe à fragmentation : scientifique, sanitaire, politique et industrielle. Elle pulvérise en effet une vérité officielle : l’innocuité du maïs génétiquement modifié.

monsanto-tomateLourdement toxique et souvent mortel

Même à faible dose, l’OGM étudié se révèle lourdement toxique et souvent mortel pour des rats. A tel point que, s’il s’agissait d’un médicament, il devrait être suspendu séance tenante dans l’attente de nouvelles investigations. Car c’est ce même OGM que l’on retrouve dans nos assiettes, à travers la viande, les œufs ou le lait…


Oui, les OGM sont des poisons !

L’étude menée par le Criigen (Comité de recherche et d’information indépendante sur le génie génétique) et les équipes du professeur Gilles-Eric Séralini, a bien entendu été immédiatement censurée (voyez leur site) bien que l’étude ait été validée et publiée par la très sérieuse revue Food and Chemical Toxicology (clic droit pour télécharger le PDF).

Résultats de l’étude

monsanto-ratsTous les groupes de rats, qu’ils soient nourris avec le maïs OGM traité ou non au Roundup (herbicide de Monsanto) ou encore alimentés avec une eau contenant de faibles doses d’herbicide, comme dans les champs OGM, sont frappés par une multitude de pathologies lourdes dès le 13e mois de l’expérience.

Chez les femelles, cela se manifeste par des explosions en chaine de tumeurs mammaires qui atteignent parfois jusqu’à 25% de leur poids. Chez les mâles, ce sont les organes dépurateurs, le foie et les reins, qui sont atteints d’anomalies marquées ou sévères. Avec une fréquence, chez les femelles et les mâles, de deux à cinq fois plus importante que pour les rongeurs nourris au maïs sans OGM.

Comparaison implacable : les rats nourris au maïs OGM déclenchent donc de deux à trois fois plus de tumeurs que les rats nourris sans OGM, quel que soit leur sexe. Au début du 24e mois, c’est-à-dire à la fin de leur vie, de 50% à 80% des femelles nourries aux OGM sont touchées contre seulement 30% chez les sans-OGM.
A noter qu’un rat sain vit 36 mois en moyenne – donc les OGM écourtent la vie des rats de plus de 30%, un tiers !!! Quand ils ne sont pas morts avant… A titre de comparaison, un an pour un rongeur équivaut à trente à quarante années pour un humain.

rats-ogm

(GMO : Genetically Modified Organism)

Appétissant, non ?
Au moins, maintenant, on sait d’où viennent certains cancers – car n’allaient pas vous illusionner en pensant que ce serait mauvais pour les rats mais bon pour les humains !

monsanto-deathPoison… et ça se voit !

Mon ami Georges Hadjo, pionnier de l’électrophotonique (NDLR : rien à voir avec « l’aura », n’en déplaise à l’ignare responsable de l’article Wikipedia), avait réalité deux études, la première pour l’armée, sur les effets des armes biologiques (on voyait à l’imagerie Kirlian l’empoisonnement mortel de ces armes), puis plus tard pour le CNRS, sur les aliments OGM, sur la demande de feu Jacqueline Bousquet.

Stupéfaction à la découverte des clichés d’aliments OGM : leur rayonnement est en tout point semblable à celui des rats tués par arme biologique !!!
Cela veut dire qu’une pomme de terre achetée au supermarché du coin est aussi vivante qu’un animal tué par chimie… Je doute que ce soit très nourrissant ou même juste sain.

Frite venant d'un fast-food très connu...

Frite venant d’un fast-food très connu…

Pomme de terre bio

Pomme de terre bio

Maintenant, on a le "recul"... et même les images !

Maintenant, on a le « recul »… et même les images !

champignon-bio-ogm

A gauche, tranche de champignon bio / A droite, tranche de champignon OGM

* Electrophotonique (effet kirlian) : capture de photons provoquée (en anglais abrégé : « EPC », pour Electro Photonic Capture) a pour objet l’étude méthodique d’émissions de photons stimulée par les champs électromagnétiques de différents sujets (minéraux, végétaux, animaux, ondes de forme).

 Quelles mesures sanitaires ont été prises ?

monsantoUn an après la confirmation que les OGM sont dangereux (on s’en doutait, merci…) et rien n’a été fait. Aucune mesure n’est prise. Le lobbying Monsanto verrouille les gouvernements (ils essaient même, maintenant, d’acheter la propriété des graines ordinaires, comme les tomates, les carottes, etc. !).
Et tout le monde continue de manger le même poison comme si de rien n’était…

Les OGM ne sont pas (officiellement) cultivés en France, où un moratoire est en vigueur, mais ils y sont consommés à travers les produits importés ou transformés.
Et pendant ce temps, Sciences & Vie nous annonce que l’on vient de s’apercevoir que, non seulement les champs de cultures OGM rendent les plantes aux alentours stériles… mais aussi les petits animaux !! (musaraignes, souris, etc.) …et quelques pages plus loin, que 50% d’entre nous aurons eu le cancer d’ici les 10 prochaines années. Charmant !… :(

monsanto-degeneration

Le monde serait-il devenu suicidaire ? Il a perdu tout bon sens ?
Encore une fois, comme souvent tout au long de l’Histoire, c’est au plus petit nombre de faire bouger les choses… d’abord, par l’information (comme sur ce blog), la pédagogie, et l’activisme autant que possible (même simplement en diffusant l’info).

Il est très possible de limiter la consommation d’aliments contenant des OGM, il suffit de boycotter les entreprises qui en utilisent. Voyez la liste Greenpeace ci-dessous.
Nous vivons dans un monde où « l’offre et la demande » sont reines : donc, en tant que « consommateurs » (en 1 seul mot !), nous avons le pouvoir de changer les choses, simplement en choisissant à qui nous donnons notre argent !

En savoir plus sur les OGM
Liste Greenpeace des aliments OGM (fournie par les fabricants eux-mêmes)
Information OGM Dangers
A lire aussi… (complément de l’article du Nouvel Observateur)

 bio