Interview de Rupert Sheldrake

Pourquoi un gland ne donne-t-il jamais un palmier? Comment votre visage garde-t-il sa forme alors que ses cellules changent? Et si ce n’étaient pas les gènes qui définissent les formes? Trente ans après son émergence, la théorie hérétique du « champ de force » continue à diviser la communauté scientifique.

Comment définissez-vous la résonance morphique ?

rupert-sheldrakeC’est l’influence qu’exerce tout système auto-­organisé passé sur les systèmes homologues présents. Atomes, molécules, cellules vivantes, plantes, animaux, sociétés, cultures, systèmes solaires, galaxies, sont des systèmes auto-organisés. Nos machines n’en sont pas, mais nos comportements ou nos pensées en sont. Chaque système se présente sous une certaine forme. La résonance morphique suppose que cette forme est comme mémorisée quelque part, dans un « champ morphique », ou « champ de forme ». Prenez des pratiques nouvelles telles que le skate-board ou la navigation sur Internet : plus leurs adeptes sont nombreux, plus leurs champs de forme se renforcent et plus ces pratiques deviennent faciles à mettre en œuvre.

Lire la suite en ligne sur le site du magazine « Clés »…

A lire également : « Réenchanter la science« .

Rupert Sheldrake est un biologiste connu pour ses découvertes sur les mécanismes de vieillissement cellulaire (aujourd’hui enseignés dans les facultés de médecine du monde entier). Sa « présentation » sur Wikipedia, ridiculement erronée, le qualifie de « parapsychologue » (ce qu’il n’est bien évidemment pas), utilise des termes sulfureux comme « télépathie », etc. et ne parle même pas de ses découvertes dans le domaine de la biologie… Voilà qui devrait vous montrer qu’il faut toujours vérifier ce que l’on trouve sur internet – et notamment sur une « encyclopédie » en ligne écrite par le premier venu !

~oOo~

Parenthèse à propos des bêtises que l’on trouve sur internet…
Dans le même genre, l’article « hypnose » de Wikipedia est truffé d’erreurs historiques, donc sur des faits pourtant vérifiables… Il est impossible à tenir correctement à jour, car n’importe qui le modifie sans cesse ! Sur Wikipedia, même quelque chose d’aussi concret qu’un composé chimique est mal nommé : sur cet article qui concerne les mots les plus longs de la langue française, il est écrit que le nom commun du chlorure d’aminométhylpyrimidinylhydroxyéthylméthythiazolium est la « vitamine B2 » (riboflavine).

Pourtant, il est facile de vérifier qu’il n’y a aucun de ces ingrédients dans la vitamine B2 (7,8-Dimethyl-10-[(2S,3S,4R)-2,3,4,5-tetrahydroxypentyl]benzo[g]pteridine-2,4-dione).
Par contre, quand on prend les composants de la vitamine B1 (2-[3-[(4-Amino-2-methyl-pyrimidin-5-yl)methyl]-4-methyl-thiazol-5-yl] ethanol) cela correspond !

Mais qui vérifie ça ?… Personne… Et chaque fois que je corrige Wikipedia, un imbécile réécrit une bêtise à la suite… En ce qui concerne la vitamine B1 ou B2, ce n’est peut-être pas important pour vous, mais ça peut l’être pour quelqu’un d’autre. Et combien de choses avez-vous cru apprendre et qui sont en réalité complètement fausses ?…
Quand vous lisez quelque chose : vérifiez-le ! Même si cela vient d’un lien de ce blog (surtout sur Wikipedia : un bout de l’article peut être bien, mais truffé tout de même de bêtises – apprenez à discerner le vrai du faux et à faire la part des choses !)

Sur ce blog lui-même, je vérifie tout… mais si vous voyez une erreur, signalez-le :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *