Aider une existence à continuer sa course…

cheminDans mes livres et durant les formations que j’anime, je prône régulièrement un « engagement à 200% » du thérapeute ou du coach… y compris les jours de fatigue, de baisse de moral, de soucis personnels ou simplement de lassitude.

Ce n’est pas évident à transmettre comme idée, même si j’essaie d’en donner personnellement, et de mon mieux, l’exemple.

Alors, voici un très beau texte, que vous connaissez certainement, et qui mérite de remonter à votre mémoire. Il illustre bien cet engagement pour la vie.

L’ELOGE DE LA FATIGUE
(Robert Lamoureux)

Vous me dites, Monsieur, que j’ai mauvaise mine,
Qu’avec cette vie que je mène, je me ruine,
Que l’on ne gagne rien à trop se prodiguer,
Vous me dites enfin que je suis fatigué.

Oui je suis fatigué, Monsieur, et je m’en flatte.
J’ai tout de fatigué, la voix, le coeur, la rate,
Je m’endors épuisé, je me réveille las,
Mais grâce à Dieu, Monsieur, je ne m’en soucie pas.
Ou quand je m’en soucie, je me ridiculise.
La fatigue souvent n’est qu’une vantardise.
On n’est jamais aussi fatigué qu’on le croit !
Et quand cela serait, n’en a-t-on pas le droit ?

Je ne vous parle pas des sombres lassitudes,
Qu’on a lorsque le corps harassé d’habitude,
N’a plus pour se mouvoir que de pâles raisons…
Lorsqu’on a fait de soi son unique horizon…
Lorsqu’on a rien à perdre, à vaincre, ou à défendre…
Cette fatigue-là est mauvaise à entendre ;
Elle fait le front lourd, l’oeil morne, le dos rond.
Et vous donne l’aspect d’un vivant moribond…

Mais se sentir plier sous le poids formidable
Des vies dont un beau jour on s’est fait responsable,
Savoir qu’on a des joies ou des pleurs dans ses mains,
Savoir qu’on est l’outil, qu’on est le lendemain,
Savoir qu’on est le chef, savoir qu’on est la source,
Aider une existence à continuer sa course,
Et pour cela se battre à s’en user le coeur…
Cette fatigue-là, Monsieur, c’est du bonheur.

Et sûr qu’à chaque pas, à chaque assaut qu’on livre,
On va aider un être à vivre ou à survivre ;
Et sûr qu’on est le port et la route et le quai,
Où prendrait-on le droit d’être trop fatigué ?
Ceux qui font de leur vie une belle aventure,
Marquant chaque victoire, en creux, sur la figure,
Et quand le malheur vient y mettre un creux de plus
Parmi tant d’autres creux il passe inaperçu.

La fatigue, Monsieur, c’est un prix toujours juste,
C’est le prix d’une journée d’efforts et de luttes.
C’est le prix d’un labeur, d’un mur ou d’un exploit,
Non pas le prix qu’on paie, mais celui qu’on reçoit.
C’est le prix d’un travail, d’une journée remplie,
C’est la preuve, Monsieur, qu’on marche avec la vie.

Quand je rentre la nuit et que ma maison dort,
J’écoute mes sommeils, et là, je me sens fort ;
Je me sens tout gonflé de mon humble souffrance,
Et ma fatigue alors est une récompense.

Et vous me conseillez d’aller me reposer !
Mais si j’acceptais là, ce que vous me proposez,
Si j’abandonnais à votre douce intrigue…
Mais je mourrais, Monsieur, tristement… de fatigue.

5 réflexions au sujet de « Aider une existence à continuer sa course… »

  1. Ce soir je me sentais fatigué et découragée, d’avoir étudié , payé des prix au dessus de mes moyens pour avoir le privilège d’aider les gens et de gagner assez d’argent pour payer mon appartement.

    Ce soir je me sentais si fatigué que je voulais tout abandonné. Je vais a l’ordi pour me changer les idées et dans mes courriel voila que vous étiez. J’ai lu même si je n’y croyais plus , mais a la fin de votre discours, je retourne dormir afin de pourvoir suivre mon parcourt. Aider, encourager, et illuminer voila ma destinée.

  2. Bonjour Olivier, bonjour à Tous,

    Je crois que le problème n’est pas d’être fatigué ou pas, nous le sommes tous en fin de journée, c’est normal d’ailleurs sinon nous ne dormirions pas. Il y a bonne et mauvaise fatigue.
    Le soir, je rentre et je suis fatiguée, parce que ma journée a été bien remplie, pleine du travail que j’aime, pleine d’amis que j’aime avec qui j’ai partagé, pleine de mes enfants (bien que grandes ados) que j’aime qui me bouffent de l’énergie, pleine de projets, d’envies, de désirs, de voyages, pleine de tant de choses ! Donc le soir, je suis fatiguée, mais c’est une bonne, très bonne, fatigue, car je suis comblée de ma journée. Certains, malheureusement, sont fatigués de vivre, fatigués d’une journée sans joie, sans couleur, sans bonheur, sans saveur, sans avenir… SANS… A chacun de guider les personnes « sans » sur le chemin du  » avec » ou du « pleine » de bonnes vibrations…
    Comme le stress peut être du bon stress, il y a aussi de la bonne fatigue.

    Comme le dit si bien un « Vieil Ami » : « On peut conquérir des milliers d’hommes dans une bataille, mais celui qui se conquiert lui-même, lui seul est le plus noble des conquérants… » Dalaï Lama
    Je crois que l’on ne peut bien aider les autres que lorsque l’on est soi même en plénitude… et ça c’est un sacré boulot avant d’y parvenir. Mais quand c’est fait, on touche chaque jour le Ciel… et chaque journée est emplie d’une bonne fatigue…

    Alors bonne journée et bonne fatigue à Tous
    Laurence

  3. Merci pour ce tres beau texte et merci pour ces témoignages…la fatigue est aussi pour nous un signe que le corps se manifeste et impose un rythme différent. Par exemple des pauses…des silences … et l esprit alors peut lui aussi aller à un autre rythme …s invitent plus de prise de recul sur les événements… et de la méditation…
    La fatigue est une signature de nos investissements d énergie multiples mais n est ce pas aussi une invitation à se recentrer sur soi, essentiel pour nous thérapeutes après une journée de travail ?…

  4. Bonjour Olivier,

    Je suis praticienne en hypnose Eriksonienne IFHE, formée au Maroc.
    Je souhaite aujourd’hui repasser les modules pour plusieurs raisons et cette fois ci à Paris.
    Merci de me faire part des conditions pour repasser les modules.
    Bien à vous.
    Fouzia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *