Induction Humaniste « en ouverture », par Baudelaire !

Ce jour-là, Baudelaire déprime sec.
Les femmes, bien sûr. L’argent, bien sûr. Et puis tous ces philistins qui ne comprennent rien à ses poèmes.

Mais, tout à coup, il se dit : bon sang, pourquoi je me ferais bien une petite induction humaniste, en élévation matérielle !?

Et hop, aussitôt dit, aussitôt fait…

Elévation

Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,

Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,

Par-delà le soleil, par-delà les éthers,

Par-delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,

Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l onde,

Tu sillonnes gaiement l’immensité profonde

Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;

Va te purifier dans l’air supérieur,

Et bois, comme une pure et divine liqueur,

Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les vastes chagrins

Qui chargent de leur poids l’existence brumeuse,

Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse

S’élancer vers les champs lumineux et sereins ;

Celui dont les pensées, comme des alouettes,

Vers les cieux le matin prennent un libre essor,

– Qui plane sur la vie, et comprends sans effort

Le langage des fleurs et des choses muettes

 Les Fleurs du Mal

 

elevation

Une réflexion au sujet de « Induction Humaniste « en ouverture », par Baudelaire ! »

  1. Incroyable, c’est exactement ça!
    Je crois même qu’il s’est fait tout seul une belle TSA. La fenêtre, l’ouverture sur l’âme… Puis les archétypes du féminin et du masculin intérieurs…:

    Les Fenêtres

    Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n’est pas d’objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu’une fenêtre éclairée d’une chandelle. Ce qu’on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie.
    Par delà des vagues de toits, j’aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement, avec son geste, avec presque rien, j’ai refait l’histoire de cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la raconte à moi-même en pleurant.
    Si c’eût été un pauvre vieux homme, j’aurais refait la sienne tout aussi aisément.
    Et je me couche, fier d’avoir vécu et souffert dans d’autres que moi-même.
    Peut-être me direz-vous : « Es-tu sûr que cette légende soit la vraie ? » Qu’importe ce que peut être la réalité placée hors de moi, si elle m’a aidé à vivre, à sentir que je suis et ce que je suis ?

    Charles Baudelaire – Le Spleen de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *